Russie

Russie: l'affaire Ioukos au forum économique de St-Pétersbourg

Selon la Cour d'arbitrage de La Haye, la Russie doit 50,2 milliards de dollars aux actionnaires de Ioukos. Une somme toujours impayée.
Selon la Cour d'arbitrage de La Haye, la Russie doit 50,2 milliards de dollars aux actionnaires de Ioukos. Une somme toujours impayée. Oleg Nikishin/Getty Images
Texte par : RFI Suivre
3 mn

Ioukos, c'est l'entreprise du milliardaire Milhael Khodorkhovski qui a été démantelée après la condamnation de son fondateur il y a 11 ans. Le tribunal arbitral de La Haye a condamné l'Etat russe à payer 50 milliards de dollars aux ayants droit de Ioukos. En vertu de cette décision de justice, des avoirs russes ont donc été saisis ces derniers jours en France et en Belgique. Les Russes sont furieux.

Publicité

Avec notre correspondante à MoscouMuriel Pomponne

Des immeubles saisis, notamment celui d'une agence de presse russe à Paris, des comptes bancaires de certaines compagnies russes saisis également... Ces annonces en cascade ont fait l'effet d'un coup de tonnerre auprès des autorités russes. Moscou avait fait savoir qu'il contestait la décision du tribunal de la Haye, mais l'appel n'est pas suspensif. Alors les actifs russes dans le monde entier peuvent être saisis.

Il s'agit d'une affaire privée mais les Russes y voient un coup monté, comme Alexei Koudrine, le président directeur général de la banque VTB dont des comptes ont été saisis en France. Et quand, au forum de St Pétersbourg, on lui demande quelles sont les perspectives de coopération avec l’Europe pour les banques russes, il laisse éclater sa colère :

« A mon avis, les perspectives ne sont pas des perspectives ! Et la raison, c'est que je ne vois de la part de l'Union européenne aucune volonté de développer des relations. Ce que font aujourd'hui les leaders de l'Union européenne vise a l'audestruction des liens économiques existant depuis l'époque de l'URSS, et un rétablissement de la confrontation politique et militaire, y compris dans le domaine nucléaire. »

Le président directeur général des chemins de fer russes, Vladimir Yakounine, a qualifié ceux qui ont pris cette decision d'« idiots » . La porte-parole de la compagnie pétrolière Rosneft a appelé à saisir les actifs français en Russie. Le ministère russe des Affaires étrangères, qui a convoqué l'ambassadeur belge, a parlé de geste inamical de la part de la Belgique et a menacé d'actions réciproques. Cette affaire intervient alors même qu'au forum, on ne cesse d'évoquer la nécessité d'une justice indépendante pour faciliter le développement de l'économie russe.


• Réaction officielle à Moscou

Le vice-ministre russe des Affaires étrangères, Vassili Nebenzia, cité par l'agence de presse Interfax, prévient : « Ceux qui s'aventureraient à faire ça (geler les avoirs russes, NDLR) doivent comprendre qu'il y aura des mesures de rétorsion. »

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail