Grèce

Grèce: une journée décisive pour Alexis Tsipras

Alexis Tsipras au Parlement grec samedi 11 juillet. Le Parlement doit valider un premier train de réformes avant jeudi.
Alexis Tsipras au Parlement grec samedi 11 juillet. Le Parlement doit valider un premier train de réformes avant jeudi. REUTERS/Alkis Konstantinidis

Le Parlement grec doit valider avant ce jeudi le premier projet de loi sur les réformes exigées par les créanciers et comprenant de nouvelles mesures de rigueur dures. Le Premier ministre grec Alexis Tsipras s'est engagé dans une course contre la montre pour obtenir l'aval du Parlement. Et les obstacles en interne son nombreux, à la fois dans son parti et dans son gouvernement, sans parler de la grogne d'une certaine partie de la population.

Publicité

Avec notre envoyé spécial à Athènes, Romain Lemaresquier

Alexis Tsipras va effectuer ce mercredi son troisième marathon en cinq jours. Après la validation des propositions de réformes par le Parlement grec samedi dernier à 4h du matin, les 17 heures de négociations à Bruxelles avec les chefs d’Etat de la zone euro entre dimanche et lundi, les différentes commissions du Parlement vont étudier les réformes entre 10h et 18h. Alexis Tsipras doit ensuite se réunir avec les chefs des partis avant le début de la séance plénière, prévue, semble-t-il, pour minuit.

Fragilisé dans son propre parti Syriza, où les députés frondeurs se comptent par dizaines, le Premier ministre grec doit aussi composer avec des ministres récalcitrants qui n'ont pas voté en faveur de ces mesures, mais qui refusent de quitter le gouvernement de leur propre chef. Syriza est au bord de l'implosion. Mais même en cas d'un rejet de ces réformes par une bonne partie de ses députés, les nouvelles mesures d'austérité imposées par Bruxelles devraient être validées grâce à l'appui de l'opposition.

Pas d'élections anticipées pour le moment

Dans une interview de plus d'une heure, Alexis Tsipras est revenu sur le déroulement des négociations. Surtout, il a choisi d'assumer la difficulté de défendre cet accord devant les députés. « A ce moment, je prends l'entière responsabilité de mes fautes et de mes erreurs de jugement, a-t-il confessé. Je prends la responsabilité de signer un texte auquel je ne crois pas, mais que je suis contraint de mettre en œuvre. Je n'échapperai pas à mes responsabilités. Cette fois, ce qui est important c'est de veiller à ce que le pays et la classe ouvrière évitent une énorme catastrophe, un désastre financier, que le système bancaire ne s'effondre pas et que les citoyens ne perdent pas leurs économies, que le pays ne reste pas à l'abandon et devienne ingouvernable. »

Mais que va devenir ce gouvernement ? A Athènes, nombreux sont les parlementaires qui pensent qu'Alexis Tsipras va procéder à un remaniement ministériel dès jeudi, excluant de facto ceux qui n'auront pas voté en faveur de ces réformes. Mais pour l'heure, le Premier ministre grec exclut des élections anticipées : « Je veux faire en sorte que le choix que j'ai fait lundi avec un couteau sous la gorge soit mis en œuvre. Je n'ai aucune raison de vouloir des élections, a-t-il expliqué dans son interview. Tout va dépendre de ce qui va se passer dans les prochains jours, aussi bien en dehors du parti au pouvoir qu'en son sein. Quand toutes ces aventures seront terminées, et notamment celle de l'accord avec les créanciers, nous verrons bien s'il y a une majorité sociale ou pas. »

312 milliards d'euros à rembourser

Si tout se passe comme prévu, ce n'est qu'ensuite que la Grèce va pouvoir entamer des négociations pour obtenir un troisième plan d'aide de plus de 80 milliards d'euros pour renflouer le pays et lui permettre de rembourser ses créanciers. Car Athènes doit faire face à plusieurs remboursements dans les semaines à venir. Après le premier défaut de paiement constaté le 30 juin dernier par le Fonds monétaire international, la Grèce a récidivé. Elle a échoué à rembourser au FMI les 450 millions attendus lundi.

Le pays vit actuellement grâce au soutien financier de la Banque centrale européenne qui maintient ses prêts d'urgence en faveur des banques grecques. Le pays doit également beaucoup d'argent à la BCE. Le 20 juillet, Athènes devra lui rembourser 3,5 milliards d’euros, puis 3,4 milliards d’ici la fin de l’année et 6,5 milliards en 2016. La facture court jusqu'en 2054. En comprenant les prêts au FMI et à la BCE, la Grèce doit au total 312 milliards d’euros aux autres pays de la zone euro et aux autres créanciers. Un montant qui représente près de 180 % de son produit intérieur brut.


Les fonctionnaires en colère, une première grève pour Tsipras

Si l'appel à la grève lancé par les syndicats de la fonction publique risque de ne pas mobiliser une majorité des fonctionnaires, car une bonne partie de ces derniers est actuellement en vacances, à l'image des enseignants, cette grève sera la première à laquelle sera confronté Alexis Tsipras. Les fonctionnaires dénoncent les mesures d'austérités négociées le week-end dernier à Bruxelles.

Nikoforos Konstandinou, membre du DAKE, un des principaux syndicats des enseignants, estime que sa profession a déjà beaucoup souffert avec les mesures passées par les gouvernements précédents. « Bien qu'on ne connaisse pas encore avec précision toutes les mesures qui sont dans cet accord, on sait qu'il est prévu une baisse des salaires, une baisse des pensions, une augmentation des cotisations sociales et un allongement de l'âge de départ à la retraite d'ici à 2022 qui passera à 67 ans. Par ailleurs, on ne remplacera pas ceux qui partent. Bref, ces mesures changent totalement nos conditions de travail », estime-t-il.

Même si cet accord ne prévoit pas encore une augmentation du temps de travail qui avait déjà été rallongé lors du second plan d'aide, ces nouvelles mesures, selon lui, vont faire fuir nombre d'enseignants dans le secteur privé. Il comprend l'effort réclamé à son pays, mais ne cautionne pas ceux qui sont demandés à sa profession. Les syndicats se rassembleront juste devant le Parlement, alors que ce dernier se penchera sur les mesures d'austérité.

→ Grèce: le détail des réformes à venir

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail