Roumanie

L’ancien chef du «goulag roumain» condamné à 20 ans de prison

Alexandru Visinescu, ancien directeur du «goulag roumain» a été condamné à 20 ans de prison.
Alexandru Visinescu, ancien directeur du «goulag roumain» a été condamné à 20 ans de prison. AFP PHOTO DANIEL MIHAILESCU

Un ancien commandant de prison de l’époque de la Roumanie communiste a été condamné à 20 ans de prison par un tribunal roumain. Alexandru Visinescu, âgé de 89 ans, a été reconnu coupable de « crimes contre l’humanité ». C’est une première, dans ce pays, où 35 autres tortionnaires sont poursuivis pour des faits similaires.

Publicité

Avec notre correspondant à Bucarest,  Luca Niculescu

Alexandru Visinescu vient d’être condamné à 20 ans de réclusion. Il n’était pas présent à l’audience et a désormais dix jours pour interjeter appel. Ce qu’il devrait a priori faire, selon son avocat, commis d’office.

Entre sa création, en 1947 et la chute du régime de Nicolae Ceausescu, en 1989, 600 000 personnes sont passées par la prison de Ramnicu Valcea. Dans ce « goulag roumain », les détenus étaient maintenus à l’isolement et au silence forcé et soumis à ce que les témoins ont décrit comme « un véritable régime d’extermination ». Alexandru Visinescu en a été le commandant entre 1956 et 1963, période durant laquelle au moins 14 détenus politiques sont morts. Son procès s’était ouvert en septembre dernier.

Une première condamnation tardive

La condamnation de cet ancien tortionnaire est une première en Roumanie depuis la chute du régime communiste. Pendant deux décennies, la justice roumaine n’a en effet poursuivi aucun responsable pour des violations des droits de l’homme commises durant les quarante années de régime communiste. C’est suite à l’instauration du nouveau code pénal que ce genre de procès est devenu possible. Raison pour laquelle 35 autres tortionnaires de la Roumanie communistes ont dû attendre aujourd’hui pour être visés par la justice.

D’autres procès sont en cours. Mais pour beaucoup d’anciens détenus ou pour leurs proches, ces procès interviennent trop tard : la plupart des tortionnaires présumés sont très âgés. Cependant, pour nombre d'observateurs, cette page douloureuse de l’histoire roumaine doit être éclaircie. Il n’est jamais trop tard pour répondre à la question : « Qui est responsable pour les crimes du régime communiste ? »

C’est le cas de Cosmin Budeanca, directeur de l'Institut de recherche des crimes du communisme (IICCMER), qui a été à l’origine des poursuites contre Alexandru Visinescu. S'il se déclare être « un peu déçu du déroulement de ce procès », il a également jugé, dans des propos rapportés par l’Agence France-Presse que « le plus important est qu’il va créer un précédent en Roumanie. […] Il s'agit du premier procès de ce type et nous tous, chercheurs comme magistrats, avons des choses à en apprendre ».

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail