France / Russie

Mistral: bientôt un accord entre la France et la Russie?

En attendant un éventuel accord, le «Vladivostok» reste à quai à Saint-Nazaire.
En attendant un éventuel accord, le «Vladivostok» reste à quai à Saint-Nazaire. REUTERS/Stephane Mahe
Texte par : RFI Suivre
2 mn

L’affaire des Mistral est restée suspendue pendant plusieurs mois, François Hollande ayant décidé de reporter « jusqu’à nouvel ordre » la livraison du Vladivostok, l’un des deux navires commandés par Moscou. Une rupture de contrat définitive semble se dessiner. Vendredi, la presse russe évoquait un accord entre les deux pays.

Publicité

Avec notre correspondant à Moscou, Etienne Bouche

L’opacité dans laquelle se décide l’avenir des deux navires français révèle combien le sujet est épineux pour la diplomatie française. Le contrat initial est d’envergure – près de 1,2 milliard d’euros. C’est la somme que devrait toucher la Russie en guise de dédommagement, si l’on en croit le journal Kommersant.

Le journal reprend des propos de Vladimir Kojine, conseiller du président Poutine sur les questions de coopération militaire. « Les négociations sont déjà achevées, tout a déjà été décidé – les délais et le montant ». Le quotidien cite aussi des sources anonymes. Selon Kojine, l’accord de résiliation devrait être signé prochainement.

A Moscou, personne d’autre ne confirme, pas même le vice-Premier ministre Dmitri Rogozine, qui s’est à plusieurs reprises exprimé sur le sujet. Il y a deux mois, Kommersant évoquait déjà le contentieux opposant les deux pays : Moscou rejetait les propositions françaises de dédommagement. Vendredi, François Hollande a démenti, assurant qu’il n’y avait pas encore d’accord. Paris annonce une décision dans les prochaines semaines.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail