Espagne

Espagne: l'affaire Rodrigo Rato n'en finit pas d'embarrasser le pouvoir

L'ex-directeur du FMI Rodrigo Rato lors de son interpellation dans le cadre d'une enquête pour fraudes et blanchiment d'argent, le 16 avril 2015.
L'ex-directeur du FMI Rodrigo Rato lors de son interpellation dans le cadre d'une enquête pour fraudes et blanchiment d'argent, le 16 avril 2015. REUTERS/Sergio Perez
Texte par : RFI Suivre
2 mn

Les poursuites judiciaires contre l'ancien directeur du FMI Rodrigo Rato, qui embarrassent le parti au pouvoir en Espagne, sont revenues à la Une mardi après l'arrestation d'un suspect qui s'apprêtait à prendre l'avion pour le Mexique.

Publicité

L'homme arrêté à l'aéroport de Madrid est l'unique administrateur d'une des sociétés de Rodrigo Rato. Selon des sources judiciaires citées par l'Agence France-Presse, Albisa est une société soupçonnée de servir d'écran pour toucher des commissions illégales. Le suspect était sur le point de prendre l'avion pour le Mexique où il réside lorsqu'un juge madrilène a décidé le retrait de son passeport et son incarcération sans possibilité de caution, en raison d'un risque de « fuite et de destruction de preuves », ont précisé les mêmes sources judiciaires.

Il s'agit d'un nouveau coup dur pour Rodrigo Rato, ancienne vedette du Parti populaire au pouvoir à Madrid. Il a déjà été inculpé pour « faux en écriture » dans l'entrée en Bourse de Bankia. La faillite de ce conglomérat bancaire en 2012 avait obligé l'Espagne à demander un plan de sauvetage européen de 41 milliards d'euros. Par ailleurs, Rodrigo Rato fait l'objet d'une enquête pour « fraude fiscale et blanchiment d'argent ».

La semaine dernière, le ministre espagnol de l'Intérieur, Jorge Fernandez Diaz a dû expliquer devant une commission parlementaire pourquoi il avait accordé un entretien d'une heure à Rodrigo Rato, son ancien compagnon de parti devenu infréquentable.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail