Accéder au contenu principal
Grèce

Grèce: des renforts sur l’île de Lesbos dépassée par les réfugiés

La police grecque disperse une rixe entre des réfugiés afghans et syriens dans le port de Mytilène, à Lesbos, le 6 septembre 2015.
La police grecque disperse une rixe entre des réfugiés afghans et syriens dans le port de Mytilène, à Lesbos, le 6 septembre 2015. REUTERS/Dimitris Michalakis
Texte par : RFI Suivre
2 mn

En Grèce, la crise migratoire rend la situation sur l'île de Lesbos très tendue. Dimanche 6 septembre, la police a réprimé une rixe entre réfugiés. Des renforts ont été envoyés tandis que le ministre de l'Immigration du gouvernement transitoire était sur place pour trouver des solutions. C'est sur cette île qu'arrive la moitié des 230 000 réfugiés qui ont débarqué sur les côtes grecques depuis le début de l’année. Les autorités sont dépassées par les événements.

Publicité

Avec notre correspondante à Athènes, Charlotte Stiévenard

Scène quotidienne à Mytilène, la ville principale de l'île de Lesbos. Des réfugiés attendent d'être enregistrés. Une rixe éclate entre des Syriens et des Afghans car la procédure est plus rapide pour les premiers. Les forces de l'ordre réagissent à coup de matraque, décrit la télévision publique ERT.

Un peu plus tôt, plusieurs centaines de migrants sont entrés dans le port pour accéder à un bateau en partance pour Athènes. Depuis une semaine, les tensions sont nombreuses. Les réfugiés dorment dans des conditions difficiles comme dans le camp improvisé de l'île, mais aussi dans les parcs, les rues, les jardins ou encore sur le port. C'est ce que décrit Spiros Galinos, le maire de Mytilène. Il estime qu'environ 17 000 à 20 000 réfugiés se trouvent actuellement sur cette île de 85 000 habitants.

Ceux qui ont réussi à être enregistrés ne peuvent pas toujours quitter l'île rapidement car les ferrys classiques sont pleins. Et les deux bateaux spécialement affrétés par le gouvernement sont à peine suffisants. Un système d'entraide a été mis en place par des bénévoles. Mais il y a aussi des réactions négatives, voire violentes comme dans la nuit de samedi à dimanche. Deux jeunes ont lancé un cocktail Molotov sur la tente d'une famille, blessant légèrement un Syrien. Ils ont été arrêtés le lendemain matin.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.