Accéder au contenu principal
Hongrie / Migrants

Hongrie: Viktor Orban vent debout contre la «migration massive»

Le Premier ministre hongrois Viktor Orban maintient sa ligne dure contre les milliers de migrants qui tentent de rejoindre l'Europe du Nord par la Hongrie, en évoquant des peines de prison pour ceux qui passent la frontière avec la Serbie.
Le Premier ministre hongrois Viktor Orban maintient sa ligne dure contre les milliers de migrants qui tentent de rejoindre l'Europe du Nord par la Hongrie, en évoquant des peines de prison pour ceux qui passent la frontière avec la Serbie. REUTERS/Bernadett Szabo
Texte par : RFI Suivre
2 mn

Viktor Orban, partisan d'une ligne dure, invite l'Union européenne à aider la Grèce à défendre ses frontières. Le Premier ministre hongrois multiplie les mesures pour stopper ce qu'il appelle une « migration massive » à la frontière hongroise.

Publicité

Avec notre correspondante à Budapest,  Florence la Bruyère

« Si la Grèce faisait son travail, nous n'en serions pas là ». Cette phrase, on l'entend souvent répéter au sein du gouvernement hongrois. Et le Premier ministre Viktor Orban propose que l'Union européenne mobilise des gardes pour aller défendre la frontière extérieure de la Grèce.

En attendant, Viktor Orban verrouille sa propre frontière. 3 800 soldats travaillent d'arrache-pied pour compléter la clôture de barbelés par un grillage de plus de trois mètres de haut. Ce n'est pas tout. A partir du 15 septembre, les migrants qui réussiront tout de même à franchir la clôture seront arrêtés et pourront écoper d'une peine de trois ans de prison. Viktor Orban n'a aucune empathie pour les migrants.

« Ils ont occupé des gares, ils n'ont pas voulu coopérer et refusent d'aller là où ils pourraient recevoir de la nourriture, de l'eau et des soins médicaux », a déclaré le Premier ministre hongrois. Ajoutant que ces migrants se sont « rebellés » contre l'ordre juridique hongrois.

En réalité, si les demandeurs d'asile refusent d'aller dans les centres d'accueil, c'est parce qu'ils savent que les conditions y sont déplorables. Les gens dorment par terre et ont très peu à manger. Enfin, les migrants n'ont qu'un désir : rejoindre l'Allemagne.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.