Accéder au contenu principal
Royaume-Uni

A Brighton, les travaillistes suspendus aux lèvres de Jeremy Corbyn

Le nouveau président du Parti travailliste, Jeremy Corbyn, au congrès de Brighton, le 27 septembre 2015.
Le nouveau président du Parti travailliste, Jeremy Corbyn, au congrès de Brighton, le 27 septembre 2015. REUTERS/Luke MacGregor
Texte par : RFI Suivre
2 mn

Les travaillistes britanniques réunis dans la station balnéaire de Brighton en congrès attendent ce mardi avec un mélange d'impatience et de scepticisme. Ce sera le tout premier discours de leur nouveau dirigeant, Jeremy Corbyn. Le député à la gauche de la gauche, élu il y a deux semaines, divise et va désormais tenter d'unir un parti éprouvé par sa lourde défaite aux élections de mai dernier.

Publicité

Avec notre envoyée spéciale à Brighton, Muriel Delcroix

Est-ce l'ambiance quasi-estivale de Brighton ou la promesse placardée sur les murs du congrès d'un « parler franc et d'une politique honnête » ? Toujours est-il qu'on croise à chaque sortie de meeting une foule de militants travaillistes revigorés. « C'est très stimulant ! Le nombre d'adhérents ne cesse d'augmenter, il y a un nouvel élan, c'est indéniable, s’exclame celui-ci. Je n'ai pas voté pour Corbyn, mais maintenant il a une très bonne équipe et une vraie chance de devenir Premier ministre. Même à un âge avancé ! Winston Churchill a réussi, alors pourquoi pas ! »

A 66 ans, Jeremy Corbyn a déjà réussi l'impensable : accéder à la tête du Labour avec un programme radical, mais il divise profondément et certains sympathisants très sceptiques voudraient le voir s'assouplir s'il veut mener le parti à la victoire en 2020. « Je voudrais que ses priorités changent car ce ne sont pas celles des électeurs, s'inquiète ce militant. Par exemple, la dissuasion nucléaire : jamais les gens n'ont évoqué la question quand nous leur parlions durant la campagne. Pour moi, Corbyn est dangereux pour le parti parce qu'il n'est pas en phase avec l'opinion publique. »

Lutte contre l'austérité, une nouvelle approche de l'économie, Jeremy Corbyn a fait beaucoup de promesses et peaufine un premier discours qui aura rarement provoqué autant d'attentes.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.