Accéder au contenu principal
Syrie / Russie

Russie: les réfugiés syriens mal accueillis, selon une ONG

Une petite fille se tient devant un centre d'accueil temporaire de réfugiés à la frontière russo-norvégienne, le 13 octobre 2015.
Une petite fille se tient devant un centre d'accueil temporaire de réfugiés à la frontière russo-norvégienne, le 13 octobre 2015. AFP PHOTO / NTB SCANPIX / TORE
Texte par : RFI Suivre
2 mn

Alors que la Russie mène une opération militaire aérienne en Syrie, le pays accueille peu de réfugiés. L’association Comité d’Assistance Civique a publié jeudi un rapport sur la situation des réfugiés en Russie. L'ONG considère que la Russie ne respecte pas la convention internationale sur les réfugiés bien qu'elle en soit signataire. Sur 12 000 Syriens présents en Russie seuls 2 000 environ bénéficient d'un asile temporaire, qui les met à l'abri des expulsions.

Publicité

Avec notre correspondante à MoscouMuriel Pomponne

L'asile temporaire accordé à 2 020 Syriens exactement est remis en cause tous les ans. Seuls 3 Syriens, sur toute la Russie, ont le statut de réfugié qui les protège definitivement. Car ce statut est donné au compte-goutte : 800 personnes en bénéficient toutes origines confondues, parmi lesquels 250 membres des anciennes structures de force ukrainienne.

Pour les Syriens c’est plus difficile, comme le prouve l’histoire de cette famille avec 4 enfants, bloquée en zone de transit à l’aéroport de Moscou depuis plus d’un mois. Ils ont des passeports syriens et des visas russes délivrés en Irak. La mère, née dans une république du Caucase sous l’URSS a voulu rejoindre sa soeur qui vit en Russie. Bien que les autorités syriennes aient confirmé que tous les documents étaient authentiques, bien que leur famille de Russie ait effectué toutes les démarches, on leur a refusé le statut de refugiés et l’asile temporaire.

Ils risquent à tout moment d’être renvoyés en Syrie. Ce cas n’est pas isolé.
La Cour européenne des droits de l’homme vient de condamner la Russie pour avoir ordonné l’expulsion de trois Syriens actuellement en centre de rétention. Elle a estimé que la vie des demandeurs était en danger en cas de retour en Syrie.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.