Russie

Tourisme: les Russes en panne de destinations ensoleillées

Sur un marché de Bodrume, en Turquie, lieu de destination des touristes russes avant la crise avec Ankara.
Sur un marché de Bodrume, en Turquie, lieu de destination des touristes russes avant la crise avec Ankara. REUTERS/Murad Sezer

Après que la chasse turque eut abattu un bombardier russe à la frontière avec la Syrie, la Russie a pris de nombreuses mesures de rétorsion, dont des sanctions économiques. Parmi ces sanctions, la suspension des vols charter et des séjours touristiques en Turquie. Un coup dur pour le secteur du tourisme en Turquie, mais aussi une difficulté supplémentaire pour les touristes russes qui cherchent le soleil à bon marché.

Publicité

La Turquie accueille environ 3 millions de touristes russes par an, plutôt en été. Mais cet hiver, une partie des Russes qui ne peuvent plus se rendre en Egypte ont été réorientés vers la Turquie, comme l'explique Maya Lomidze, directrice-exécutive de l'association des tour-opérateurs russes : « Près de 6 000 séjours sont vendus pour la prochaine période, dont 2/3 pour les vacances de Nouvel an, poursuit la jeune femme. La question qui se pose est : "que faire avec ces touristes ?" »

Quand les vols ont été interdits vers l'Egypte, certains opérateurs ont gelé le séjour, en comptant sur le fait que de nouvelles mesures de sécurité permettront d'y retourner bientôt. Mais avec la Turquie, l'incertitude est totale. Les touristes sont donc orientés vers d'autres destinations. « Il y a peu d'alternatives, témoigne Maya Lomidze. Nous proposons les Emirats, Israël, la Jordanie - mais le parc hôtelier est peu développé-, la Thaïlande, l'Inde, et les Caraïbes. »

Israël a lancé une importante campagne de promotion auprès des Russes. Mais malgré cela, les tour-opérateurs russes estiment que les flux ont baissé de 40% cet hiver.

Pour l'été prochain, les autorités espèrent que le tourisme intérieur va en profiter, mais les prix risquent d'augmenter. « Je viens de voir les acteurs du secteur touristique de Sotchi et de Crimée, affirme-t-elle. Ils espèrent une augmentation des flux des touristes, mais s'apprêtent aussi à augmenter les prix ! »

Les agences s'attendent donc plutôt à une ruée vers Chypre où la Bulgarie.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail