Allemagne

Berlin veut sanctionner les pays récalcitrants à l'accueil de migrants

Frank-Walter Steinmeier, ministre des Affaires étrangères allemand.
Frank-Walter Steinmeier, ministre des Affaires étrangères allemand. REUTERS/Laurent Dubrule

Le ministre des Affaires étrangères allemand Frank-Walter Steinmeier menace dans les colonnes du magazine Der Spiegel de mesures de rétorsion les pays d'Europe de l'Est hostiles à l'application des quotas européens pour les réfugiés.

Publicité

Avec notre correspondant à Berlin, Pascal Thibaut

« La solidarité européenne n'est pas une voie à sens unique. L'Europe est une communauté de droit. La parole donnée compte ». Le ministre des Affaires étrangères allemand est plutôt connu pour être un diplomate des plus mesurés. Mais le refus de certains pays, notamment d'Europe de l'Est, d'accueillir des réfugiés dans le cadre d'un programme de quotas entre les différents pays européens irrite de plus en plus à Berlin.

Frank-Walter Steinmeier menace à mots couverts les intéressés de sanctions juridiques, alors que la Slovaquie et la Hongrie ont porté plainte auprès de la justice européenne contre les quotas de répartition de réfugiés entre Etats membres de l'Union européenne.

Récemment, c'est le chancelier autrichien Werner Faymann qui avait menacé les mêmes pays de voir les versements de fonds de Bruxelles en leur faveur réduits.

Le directeur de la chancellerie allemande, Peter Altmaier, chargé depuis l'automne de coordonner la politique en matière de réfugiés a pris dans une autre interview le contrepied de Frank-Walter Steinmeier. Peter Altmaier se dit opposé à des menaces pour faire pression sur des pays européens. Il se veut optimiste et déclare : « Je crois que nos amis d'Europe de l'Est réaliseront bientôt que tout pays moderne dans un monde globalisé ne peut faire l'impasse sur l'immigration ».

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail