Accéder au contenu principal
UE / Pologne

Ambiance délétère entre l'UE et la Pologne

La Commission européenne tient un «débat d'orientation» sur la situation de l'état de droit en Pologne à la suite de l'adoption par la majorité conservatrice de deux lois controversées sur les médias publics et la réforme du Tribunal constitutionnel.
La Commission européenne tient un «débat d'orientation» sur la situation de l'état de droit en Pologne à la suite de l'adoption par la majorité conservatrice de deux lois controversées sur les médias publics et la réforme du Tribunal constitutionnel. REUTERS/Kacper Pempel
Texte par : RFI Suivre
3 mn

Le collège des 28 commissaires européens tient ce matin un débat politique au sujet des dernières décisions du gouvernement polonais, critiquées dans l'UE car elles sont dénoncées par leurs opposants comme une mainmise illégitime du pouvoir sur les médias publics et sur le Tribunal constitutionnel. C'est le dernier rebondissement en date des tensions entre Varsovie et la Commission européenne, tensions amorcées fin décembre à l'annonce de ces mesures. 

Publicité

Avec notre correspondant à Bruxelles, Pierre Bénazet

L'ambiance est délétère entre le gouvernement polonais et la Commission européenne, car chacun des deux s'est employé à souffler le chaud et le froid. Les inquiétudes exprimées par les institutions européennes quant au respect des valeurs démocratiques de l'UE ont été jusqu'aux déclarations du commissaire allemand qui a envisagé de lancer la procédure qui peut déboucher sur la suspension du droit de vote (procédure dite de l'article 7).

Maintenir la pression sur Varsovie

Le président de la commission européenne, Jean-Claude Juncker veut certainement maintenir la pression sur la Pologne tout en jugeant que la procédure à son encontre ne sera probablement pas activée. Mais depuis, le gouvernement polonais n'est pas resté inactif. D'une part les mesures controversées ont été lancées, voire carrément mises en oeuvre pour les médias publics.

D'autre part, le ton est tout sauf conciliant. Vendredi, le ministère des Affaires étrangères s'était contenté de défendre la légalité des mesures, mais mardi le ministre de la Justice a accusé la Commission de formuler sans retenue des reproches injustifiés et inadmissibles en se basant sur des informations erronées.

Le débat d'orientation prévu entre les commissaires européens doit juste être le point de départ de l'évaluation par la Commission, mais celle-ci préconise un dialogue constructif avec la Pologne qui semble de plus en plus difficile.

Il faudra peut-être attendre la venue à Bruxelles du président polonais le 18 janvier et de son Premier ministre le lendemain à Strasbourg pour qu'un véritable dialogue s'instaure, mais pour l'instant les tentatives de pression diplomatiques de la Commission européenne ont fait long feu.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.