Allemagne / Migrants

Allemagne: la question des migrants bouscule Merkel

La chancelière allemande Angela Merkel lors d'une réunion de la CSU (Union chrétienne-sociale), alliée bavaroise de son parti la CDU (Union chrétienne-démocrate), à Wildbad Kreuth, le 20 janvier 2016.
La chancelière allemande Angela Merkel lors d'une réunion de la CSU (Union chrétienne-sociale), alliée bavaroise de son parti la CDU (Union chrétienne-démocrate), à Wildbad Kreuth, le 20 janvier 2016. Peter Kneffel / dpa / AFP

Angela Merkel, de plus en plus isolée, refuse toujours de plafonner le nombre des réfugiés, comme l'Autriche l'a annoncé mercredi, ou de fermer les frontières allemandes, autant de revendications des alliés bavarois de la chancelière. Angela Merkel a rencontré les élus régionaux de la CSU ce mercredi 20 janvier. Malgré les critiques ouvertes contre sa politique d'accueil des migrants, la chancelière est restée sur ses positions. 

Publicité

Avec notre correspondant à Berlin, Pascal Thibaut

Le « téflon » résiste toujours. Angela Merkel est attaquée de toutes parts sur sa politique d'accueil des réfugiés. Par ses partenaires européens, par ses alliés bavarois et une partie de son propre parti, et depuis quelques jours par les sociaux-démocrates.

Mais ces critiques glissent sans laisser de traces. La chancelière persiste et signe, rejette toujours un plafond pour l'accueil des réfugiés et la fermeture des frontières allemandes.

Angela Merkel s'est rendue à nouveau en Bavière ce 20 janvier pour une rencontre avec les élus régionaux des chrétiens-sociaux. Le ton a été houleux, mais les ultimatums de la CSU ressemblent à des prêches dans le désert. La chancelière a répété qu'il était nécessaire le nombre des migrants, mais que les solutions européennes et internationales avaient la priorité.

Trois rendez-vous sont essentiels pour elle : les consultations germano-turques de ce vendredi, une conférence des donateurs à Londres début février pour améliorer la situation des réfugiés syriens au Moyen-Orient, et un Conseil européen dans un mois.

La décision de l'Autriche de plafonner le nombre de réfugiés a été applaudie par les critiques d'Angela Merkel qui prône une telle mesure. Une décision qui peut isoler la chancelière ou au contraire l'aider. Si le nombre de migrants entrant en Autriche se réduit, ils seront moins nombreux à continuer leur route vers l'Allemagne.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail