Accéder au contenu principal
Turquie / Russie

La Turquie accuse la Russie d’avoir violé son espace aérien

Le Sukhoï 34 de l'armée russe aurait violé l'espace aérien turc le 29 janvier près de la frontière syrienne, selon Ankara.
Le Sukhoï 34 de l'armée russe aurait violé l'espace aérien turc le 29 janvier près de la frontière syrienne, selon Ankara. AFP / Paul GYPTEAU
Texte par : RFI Suivre
2 mn

La Turquie a accusé ce samedi 30 janvier la Russie d'avoir violé son espace aérien près de la frontière syrienne. Il s'agit du premier accrochage de ce genre depuis qu'un avion russe avait été abattu par la Turquie en novembre dernier. Aujourd'hui, à nouveau, la Turquie prévient la Russie qu'elle devra « assumer les conséquences de ses actes », tandis que Moscou parle de « propagande sans fondement ».

Publicité

Avec notre correspondant à Istanbul, Alexandre Billette

« Un Su-34 appartenant à l’aviation russe a violé l’espace aérien à 11h46 hier », a affirmé ce samedi le ministère turc des Affaires étrangères dans un communiqué. Il affirme que les deux pilotes du bombardier Sukhoï 34 ont été prévenus à plusieurs reprises, en anglais et en russe. L'incident serait survenu vendredi matin 29 janvier dans la région de Gaziantep, à la frontière syrienne.

C'est la première fois que la Turquie émet de telles accusations à l'égard de la Russie depuis qu'un bombardier russe avait été abattu le 24 novembre par deux chasseurs de l'armée turque. L’affaire avait alors déclenché une grave crise diplomatique entre les deux pays.

L'ambassadeur russe à Ankara a été convoqué vendredi au ministère des Affaires étrangères. L'Otan, dont la Turquie est membre, a mis en garde la Russie tout en appelant au calme, tandis que le président Recep Tayyip Erdogan a évoqué des « actes irresponsables » de la part de Moscou, le mettant en garde contre des « conséquences ».

Recep Tayyip Erdogan a également dit vouloir s'entretenir avec son homologue russe Vladimir Poutine suite à cette affaire, un entretien que ce dernier a toujours refusé depuis le début de la crise. Niant la violation de l’espace aérien turc par des avions des forces aériennes russes présentes en Syrie, le ministère russe de la Défense a qualifié les déclarations turques de « propagande sans fondement ».

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.