Accéder au contenu principal
Vatican

Le pape François plaide à nouveau pour l’abolition de la peine de mort

Lors de la prière de l’angélus ce dimanche 21 février place Saint-Pierre, le pape François a appelé à l'abolition de la peine de mort.
Lors de la prière de l’angélus ce dimanche 21 février place Saint-Pierre, le pape François a appelé à l'abolition de la peine de mort. REUTERS/Tony Gentile
Texte par : RFI Suivre
2 mn

Le pape a lancé un nouveau plaidoyer pour abolir la peine de mort. Lors de la prière de l’angélus ce dimanche 21 février place Saint-Pierre, François a évoqué la tenue d’un congrès international sur l’abolition de la peine capitale ce lundi à Rome. L’occasion pour le souverain pontife de lancer un appel à la conscience des responsables politiques et d’appeler à un moratoire sur les exécutions lors de l’année sainte.

Publicité

Avec notre correspondant à RomeOlivier Bonnel

On se souvient du réquisitoire du pape François contre la peine de mort devant le Congrès américain en septembre dernier. Cette fois, c’est de la fenêtre du palais apostolique du Vatican que le souverain pontife a de nouveau appelé à l’abolition de la peine capitale : « Les sociétés modernes ont la possibilité de réprimer efficacement le crime sans retirer définitivement à celui qui l’a commis la possibilité de se racheter » a expliqué François.

Il a plaidé pour une justice pénale qui soit toujours plus conforme à la dignité de l’homme et plus ouverte à l’espérance de la réinsertion dans la société.

Le pape argentin a rappelé que le 5e commandement « tu ne tueras point » a une valeur absolue et concerne autant l’innocent que le coupable.

En cette année de la miséricorde, François a lancé un appel à la conscience des responsables politiques, en premier lieu les catholiques, en leur demandant de poser un acte courageux : qu’aucune exécution n’ait lieu en cette année jubilaire.

Il y a un an, en recevant au Vatican une délégation de la Commission internationale contre la peine de mort, le pape avait expliqué que « la peine de mort ne rendait pas justice aux victimes, mais ne faisait qu’encourager la vengeance ».

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.