Accéder au contenu principal
Russie

Procès Savtchenko: la presse russe n'exclut pas un échange de prisonniers

Nadia Savtchenko.
Nadia Savtchenko. Evgueny Feldman/Novaya gazeta
Texte par : RFI Suivre
2 mn

Nadia Savtchenko a cessé sa grève de la soif jeudi 10 mars. La pilote ukrainienne, accusé de meurtre par la justice russe, accepte désormais de boire mais continue à refuser de s'alimenter. Elle affirme qu'elle va poursuivre sa grève de la faim jusqu'à l'énoncé du verdit prévu les 21 et 22 mars. Le Kremlin a confirmé avoir reçu une demande de Kiev d'échanges de prisonniers. Et la presse russe n'exclut pas une telle issue, après la fin du procès.

Publicité

Apres une semaine de jeûne absolu, la pilote ukrainienne, Nadia Savtchenko, a recommencé à boire de l'eau. L'information a été donnée dans la matinée jeudi 10 mars par un de ses avocats, et confirmée en fin de journée.

Dans un premier temps, on a pensé qu'elle avait ainsi répondu positivement à une lettre que lui aurait adressé le président ukrainien. En fait cette lettre avait été écrite par deux spécialistes du canular, qui ont dévoilé la supercherie dans la journée. Le président ukrainien avait toutefois chargé la famille de Nadia Savtchenko de lui faire part de ses mots de soutien.

La fin de la grève de la soif de la jeune ukrainienne est un soulagement pour ses proches qui doutaient qu'elle puisse tenir ainsi jusqu'au 21 mars, date prévue de l'énoncé du verdict. C'est sans doute aussi un soulagement pour le Kremlin : Moscou ne veut pas céder aux pressions internationales, en libérant la jeune femme avant l'énoncé du verdict, mais aurait été bien embarrassée si elle était morte dans une prison russe.

Officiellement donc, la justice doit faire son oeuvre. Toutefois, le Kremlin a confirmé avoir reçu une demande de Kiev d'échanges de prisonniers. Et la presse russe n'exclut pas une telle issue, après la fin du procès.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.