Allemagne

Régionales en Allemagne: la CDU de Merkel craint une poussée de l'extrême droite

La chancelière allemande Angela Merkel, lors d'un meeting dans le Bade-Wurtemberg, le 12 mars 2016, en vue des élections régionales.
La chancelière allemande Angela Merkel, lors d'un meeting dans le Bade-Wurtemberg, le 12 mars 2016, en vue des élections régionales. REUTERS/Kai Pfaffenbach

On vote en Allemagne ce dimanche 13 mars. Trois parlements régionaux sont à renouveler. Ce scrutin a une valeur de test pour la chancelière Angela Merkel. Son parti chrétien-démocrate, la CDU, risque de perdre gros. En revanche, l'AfD, la nouvelle formation de droite populiste, pourrait faire une percée dans les trois Länder. En Saxe-Anhalt, une région de l'ex-RDA au sud de Berlin, « l'Alternative pour l'Allemagne » est crédité par les sondages de 20 %. Ce parti anti-immigration et anti-euro pourrait même dépasser les sociaux-démocrates qui forment, avec la CDU, une grande coalition dans ce Land , tout comme au niveau fédéral. Lors d'un dernier meeting de campagne à Halle, les conservateurs de la Saxe-Anhalt ont appelé les électeurs à ne pas céder aux sirènes de l'AfD. Reportage.

Publicité

Avec notre envoyé spécial à Halle,  Achim Lippold

Sur fond de musique des années 80, ce qui ne colle pas vraiment public composé majoritairement de retraités, le ministre-président de la Saxe-Anhalt résume les enjeux du scrutin. Selon Rainer Haseloff, il s'agit ni plus ni moins de sauver la démocratie.

« Ce Land court le risque que les populistes de droite fassent leur entrée dans le Parlement, alerte le leader du Länder. Ces populistes se nourrissent d'un discours selon lequel la démocratie ne remplirait plus ses fonctions. Chers amis, il faut combattre ce discours parce qu'il est faux ! »

Pour empêcher un succès électoral de l'AfD, le dirigeant de ce Land a reçu le soutien d'Angela Merkel venue participer à ce dernier meeting avec un message plutôt ferme à l'égard des réfugiés.

→ A (re)lire : Migrants: Angela Merkel d'accord avec elle-même

« Si une personne commet des crimes en Allemagne, que ce soit un immigré, un Allemand ou un réfugié qui est arrivé quelques semaines auparavant, elle sera punie ! Et ces crimes ne doivent pas être mis sous le tapis, sinon l'intégration et le "vivre ensemble" seront impossible », prévient la chancelière allemande.

Reste à savoir si ce discours portera ses fruits et permettra à la CDU de conserver le pouvoir en Saxe-Anhalt. Réponse ce dimanche soir.

La société est divisée et j'ai peur, parce qu'il y a des incendies de centres d'asile...

Noël Kaboré, Burkinabè installé en Saxe-Anhalt depuis 2009.

 

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail