Accéder au contenu principal
Migrants / Italie

Riace, un modèle d'intégration de migrants dans le sud de l'Italie

Le village de Riace et son modèle d'intégration locale des migrants a fait l'objet de nombreux reportages aussi dans la presse italienne comme ici, en 2015, dans le Corriere della  Sera.
Le village de Riace et son modèle d'intégration locale des migrants a fait l'objet de nombreux reportages aussi dans la presse italienne comme ici, en 2015, dans le Corriere della Sera. reportage.corriere.it
3 mn

Chaque année, le magazine américain Fortune publie son palmarès des 50 femmes et hommes considérés comme les plus influents du monde. Et en 2016, parmi les élus, on trouve aux côtés de Jeff Bezos, le PDG d’ Amazon, d’Angela Merkel, du Pape François, encore de Christine Lagarde, un Italien mais loin d’être aussi connu que Matteo Renzi. Il s’agit de Domenico Lucano, le maire du village de Riace situé en Calabre dans la province de Reggio de Calabre. Un choix qui récompense un modèle exemplaire d’accueil des réfugiés.

Publicité

de notre correspondante à Rome,

Le maire de Riace est la surprise de cette liste du magazine Fortune. Domenico Lucano, « Mimmo » pour les intimes, a démontré qu’il est possible d’accueillir des réfugiés dans la dignité et que leur présence peut redonner vie à un village.

L'histoire remonte à 1998, lorsqu’une centaine de Kurdes échouèrent sur une plage, distante de 7 km du bourg médiéval. À l’époque, Domenico Lucano était un jeune enseignant, très engagé dans le volontariat. Aidé de ses amis, il décida d’accueillir ces Kurdes à Riace. De fil en aiguille, une association, « Città Futura », a été constituée pour rénover des logements de villageois qui avaient émigré au Canada ou en Australie, dans les années 60. Grâce au prêt octroyé par une banque éthique, une centaine de maisons ont pu être mises à disposition des réfugiés. Certains y sont restés quelques mois. D’autres y ont reconstruit leur vie.

Enseignement de l'italien et travail

Aujourd'hui le village de Riace compte près de 2000 habitants et parmi eux, un quart sont des réfugiés provenant de divers pays : Afghanistan, Érythrée, Éthiopie, Nigéria ou encore Somalie. Et tous bénéficient d’un programme d’insertion financé par l’État (depuis 2002) qui prévoit une allocation de 35 euros par jour et par personne, et inclut l’enseignement de l’Italien, pour les adultes, et la scolarisation des enfants.

Mais ce qui caractérise Riace, c’est la formation professionnelle. Domenico Lucano, maire depuis 2004, ayant eu l’idée de relancer des traditions artisanales locales. Il y a donc des ateliers-boutiques de céramique, de broderie et de tissage, où Calabrais et réfugiés travaillent côte à côte. Il y aussi eu des créations d’emploi dans l’agriculture et dans les services d’entretien. Si bien que Riace est aussi soigné et fleuri qu’un village suisse !

Le village reprend vie

ll n’y a pas que Riace et son école qui ont pu renaître. Ses habitants, aussi, se sont épanouis comme ce charmant septuagénaire qui racontait à RFI que ses yeux brillaient à nouveau parce que la présence de jeunes femmes avec des enfants, l’avait sorti de sa léthargie. De fait, les familles, dont les enfants étudient ou travaillent dans le Nord de l’Italie, jouent souvent le rôle de grands-parents, parrains et marraines…

Il s’agit, certes, d’une expérience à petite échelle. Mais c’est un modèle d’accueil réussi qui pourrait être reproduit partout en Europe où tant de villages se meurent, faute de projets de revitalisation humaine et économique.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.