Accéder au contenu principal
Pays-Bas

Pays-Bas: rejet massif de l'accord d'association entre l'Ukraine et l'UE

Un bureau de vote, à Utrecht, aux Pays-Bas, lors du référendum consultatif au sujet de l'accord entre l'Ukraine et l'Union européenne, le 6 avril 2016.
Un bureau de vote, à Utrecht, aux Pays-Bas, lors du référendum consultatif au sujet de l'accord entre l'Ukraine et l'Union européenne, le 6 avril 2016. REUTERS/Michael Kooren
Texte par : RFI Suivre
4 mn

Les électeurs néerlandais ont dit massivement non mercredi 6 avril, à l'accord d'association entre l'Ukraine et l'Union européenne lors d'un référendum convoqué par des groupes eurosceptiques devenu un vote symbolique sur l'UE, affirme l'agence de presse néerlandaise ANP.

Publicité

Se fondant sur les résultats de 191 municipalités, l'ANP annonce que le non l'emporte avec 61,1%, et que le taux de participation s'élève finalement à 32,2%. Des estimations initiales le plaçaient sous les 30%, ce qui aurait invalidé le scrutin.

Le référendum - dont les organisateurs admettent qu'il ne concerne pas l'Ukraine mais répond à une animosité plus large envers l'UE - était suivi de près par les Européens, Kiev et Moscou. Les résultats seront également examinés à la loupe en Grande-Bretagne, quelques mois avant le vote de juin sur une sortie de l'Union européenne.

Le Premier ministre néerlandais, favorable à l'accord

Le Premier ministre libéral Mark Rutte avait appelé dans la journée ses concitoyens à approuver l'accord, qui vise à renforcer le dialogue politique ainsi que les échanges économiques et commerciaux entre l'UE et l'Ukraine. « Nous devons aider l'Ukraine à bâtir un Etat de droit, à construire sa démocratie, à soutenir ses minorités, notamment les juifs, et la communauté homosexuelle », a-t-il lancé.

En Ukraine, on se souvient de la volte-face de l'ancien président Viktor Ianoukovitch, qui avait renoncé au dernier moment, sous la pression de Moscou, à signer cet accord, et avait provoqué le soulèvement proeuropéen du Maïdan en 2013. Pour Kiev, qui a envoyé des ministres faire campagne aux Pays-Bas, cet accord représente une « nouvelle ère » pour l'Ukraine, tandis que Moscou le considère comme un empiètement des Européens dans sa sphère d'influence.

Le débat sur la ratification de l'accord relancé

Certaines associations eurosceptiques, ayant appelé à ce vote, estiment que l'accord n'est qu'un exemple de plus d'une Union européenne bureaucratique et technocratique ayant perdu le contact avec les citoyens.

Les Pays-Bas sont le dernier pays de l'UE à ne pas avoir ratifié l'accord, qui a cependant reçu le feu vert du Parlement. En dépit de son caractère consultatif, le scrutin contraint le Parlement à débattre à nouveau sur la ratification de cet accord d'association et risque de plonger le gouvernement néerlandais dans un abîme de difficulté ; d'autant plus que celui-ci assure actuellement la présidence semestrielle tournante du Conseil de l'Union européenne, rapporte notre correspondant à Bruxelles, Quentin Dickinson.

Stupeur en Ukraine

C'est avec stupeur, que le résultat du référendum hollandais a été accueilli en Ukraine, un pays dont une grande partie de la population se déclare toujours favorable à un rapprochement avec l'Union européenne. Cet échec est une épine de plus dans le pied du président Petro Porochenko, déjà mis en cause, depuis quelques jours, dans le scandale des Panama Papers, rapporte notre correspondant à Kiev, Laurent Geslin

C'est aussi un camouflet pour le Premier ministre Arseni Iatseniouk, résolument pro-européen, mais qui ne dispose plus au Parlement d'une majorité lui permettant de gouverner. En attendant un hypothétique changement à la tête de l'exécutif, les citoyens ukrainiens commencent à réaliser que l'Union européenne en crise n'est pas en mesure de résoudre les problèmes structurels qui touchent l'Ukraine, à commencer par une corruption endémique et la faillite de l'Etat de droit.

Désormais tous les regards sont tournés vers le Parlement néerlandais qui suite au référendum, pourrait dénoncer l'accord d'association et donc rendre le texte caduc.

(Avec AFP)

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.