Accéder au contenu principal
Turquie / UE

Crise des réfugiés: visite cruciale d'Angela Merkel en Turquie

Les murs de la ville turque de Gaziantep, en Turquie, sont pavoisés d'affiches représentant la chancelière allemande en visite ce samedi 23 avril avec deux représentants de l'Union européenne et ce message : «Solidarité avec les réfugiés».
Les murs de la ville turque de Gaziantep, en Turquie, sont pavoisés d'affiches représentant la chancelière allemande en visite ce samedi 23 avril avec deux représentants de l'Union européenne et ce message : «Solidarité avec les réfugiés». REUTERS/Umit Bektas
Texte par : RFI Suivre
2 mn

Angela Merkel est attendue ce samedi 23 avril 2016 en Turquie. La chancelière allemande se déplace à Gaziantep, dans le sud du pays, à la frontière syrienne, en compagnie du président du Conseil européen Donald Tusk et du commissaire européen Frans Timmermans. Une visite qui intervient à un moment critique dans les négociations entre Bruxelles et Ankara concernant la crise des réfugiés.

Publicité

Avec notre correspondant à Istanbul,  Alexandre Billette

L'Union européenne a davantage besoin de la Turquie, que la Turquie n'a besoin de l'UE. Tel est le message que répète ces derniers jours le président Recep Tayyip Erdogan, et qui donnera le ton à cette visite européenne. Les trois dirigeants vont visiter ce samedi après-midi un camp de réfugiés, et Ankara compte bien faire la démonstration que son pays respecte ses engagements.

Un exercice de communication pour le pouvoir turc, avec un message à la clé : nous remplissons notre partie de l'accord, à vous autres Européens d'en faire autant. Car la Turquie s'inquiète de ne pas obtenir les contreparties promises dans cette entente, notamment la levée des visas européens pour les citoyens turcs, qui ne fait pas l'unanimité parmi les Vingt-Huit.

Bruxelles doit valider - ou non - la levée des visas européens pour les citoyens turcs début mai. Or, cette condition est non négociable pour Ankara, qui fait donc monter la pression. Les autorités turques l'ont martelé ces derniers jours : si Bruxelles devait ne pas respecter un seul des engagements qui ont été pris, la Turquie se retirerait immédiatement de l'accord sur les réfugiés.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.