Accéder au contenu principal
Allemagne

Démantèlement du nucléaire: addition salée pour les opérateurs allemands

La centrale d'Eschenbach en Allemagne. Toutes les centrales nucléaires du pays seront arrêtées d'ici 2022.
La centrale d'Eschenbach en Allemagne. Toutes les centrales nucléaires du pays seront arrêtées d'ici 2022. REUTERS/Michael Dalder
Texte par : RFI Suivre
2 mn

Il y a cinq ans, après la catastrophe de Fukushima, l'Allemagne avait décidé d'accélérer l'abandon du nucléaire. Mais le dossier n’était pas clos pour autant. Les infrastructures doivent être démantelées et les déchets stockés. D'où de laborieuses négociations entre l'Etat et les entreprises gérant les centrales. Une commission vient de présenter un compromis.

Publicité

Avec notre correspondant à Berlin,  Pascal Thibaut

Après 2022, lorsque l'Allemagne aura arrêté la dernière de ses huit centrales nucléaires, il faudra encore démanteler les installations puis stocker les déchets radioactifs de façon sûre et durable. Et l'addition est salée : près de 50 milliards d'euros.

La commission chargée de ce dossier devait trouver un compromis faisant payer les entreprises responsables de ces dépenses sans les conduire à la faillite alors qu'elles affrontent actuellement de grosses difficultés économiques. Les quatre opérateurs ont mis 40 milliards d'euros de côté à cet effet.

→ A (RE)LIRE : Les géants allemands de l'énergie contre la sortie du nucléaire

Ces entreprises gèreront et paieront le démantèlement des centrales d'ici 2040. Elles devront par ailleurs verser d'ici 2022 plus de vingt milliards d'euros dans un fonds géré par l'Etat qui assurera le financement sur la durée du stockage des déchets. Une mesure préventive au cas où tel ou tel opérateur disparaisse entre-temps. Les entreprises auraient en revanche la garantie de ne pas être ultérieurement mises à contribution si les coûts devaient se révéler plus élevés, ce que les organisations de défense de l'environnement craignent.

Mais les opérateurs jugent ce montant trop important et rejettent le compromis en l'état. Des négociations seront donc nécessaires. Les plaintes des entreprises contre la décision de l'Etat de sortir du nucléaire en font partie. Le gouvernement souhaite qu'elles soient retirées une fois un compromis final trouvé.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.