Italie / Migrants

Italie: affrontements entre manifestants et police à la frontière autrichienne

Les manifestants, de jeunes anarchistes, marchaient devant une banderole proclamant »abattons les frontières». Brenner, le 7 mai 2016.
Les manifestants, de jeunes anarchistes, marchaient devant une banderole proclamant »abattons les frontières». Brenner, le 7 mai 2016. REUTERS/Dominic Ebenbichler

De violents affrontements entre manifestants et police ont eu lieu samedi à Brenner, entre l'Italie et l'Autriche. Près de 500 personnes ont protesté contre la menace de Vienne de bloquer la frontière pour se protéger des migrants. Cinq manifestants ont été arrêtés, selon l'agence de presse italienne Ansa. Rome et Vienne ont rappelé ce samedi qu'il n'y aurait pas de mur si les deux pays coopéraient.

Publicité

Avec notre correspondante à Rome,  Sarah Bakaloglou

C'est le slogan « abattons les frontières » qui a résonné à Brenner samedi. Plusieurs centaines de personnes habillées en noir étaient venues d'Italie, d'Autriche ou encore d'Allemagne.

Un rassemblement qui a dégénéré en milieu d'après-midi quand les manifestants se sont dirigés vers la station ferroviaire. Ils ont alors lancé des pierres et des fumigènes vers la police. Celle-ci a répondu avec des gaz lacrymogènes. C'est à ce moment qu'un petit groupe de manifestants a rejoint l'autoroute avant d'être évacué par les forces de l'ordre.

Le col du Brenner est source de tensions entre l'Italie et l'Autriche qui craint des flux de migrants. Mais samedi matin, le ministre autrichien de l'Intérieur a de nouveau joué la carte de l'apaisement : il n'y aura pas de mur à Brenner. Si l'Italie fait ce qu'elle a à faire, il n'y aura même pas besoin de contrôles, a-t-il répété.

→ A (RE)ECOUTER : Clôture anti-migrants : le bras de fer entre l’Italie et l’Autriche se durcit

Une déclaration saluée par le ministre italien de l'Intérieur dans l'après-midi. Je leur ai donné les preuves qu'ils gaspilleront de l'argent s’ils construisent une barrière, a-t-il réagi. Mais jeudi dernier, Matteo Renzi mettait en garde l'Autriche. Le chef du gouvernement italien avait alors dénoncé une attitude erronée et une position anachronique.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail