Royaume-Uni

Brexit: David Cameron et Boris Johnson à couteaux tirés

Le Premier ministre britannique lors de son discours prononcé au British Museum à Londres, lundi 9 mai 2016.
Le Premier ministre britannique lors de son discours prononcé au British Museum à Londres, lundi 9 mai 2016. REUTERS/Leon Neal/Pool

A moins de deux mois d'un référendum sur le maintien du Royaume-Uni au sein de l'UE, les deux camps sont passés à la vitesse supérieure ce lundi. Les deux grandes figures des différentes campagnes se sont exprimées publiquement. Le Premier ministre David Cameron a mis en garde contre un départ du Royaume-Uni qui menacerait la paix en Europe. Tandis que l'ancien maire de Londres Boris Johnson a, de son côté, plaidé pour retrouver le contrôle de la souveraineté britannique.

Publicité

Avec notre correspondante à Londres,  Muriel Delcroix

Un Brexit pourrait mener à la guerre. David Cameron a voulu frapper fort lors d'un long discours tenu symboliquement au British Museum. Alors que les sondages montrent que l'opinion est encore indécise, le Premier ministre a choisi d'utiliser l'argument sécuritaire :

« L'Union européenne a contribué à réconcilier des pays qui se sont déchirés pendant des décennies. C'est dans l'intérêt national du Royaume-Uni de maintenir un objectif commun en Europe pour éviter de futurs conflits entre les pays européens. »

David Cameron a même invoqué l'esprit de l'un de ses prédécesseurs, Winston Churchill, pour expliquer que l'isolationnisme n'avait jamais servi le Royaume-Uni.

Mais l'ancien maire de Londres Boris Johnson n'a pas tardé à contrer cette rhétorique. « Je trouve très curieux que le Premier ministre, qui a voulu ce référendum, dise maintenant que la troisième guerre mondiale pourrait éclater en cas de Brexit, lance-t-il. Dire que l'UE a été le garant de la paix sur notre continent risque selon moi d'amoindrir l'architecture fondamentale de l'Otan qui est le principal responsable de la paix. »

A six semaines du référendum, les deux camps sont à couteaux tirés et entendent multiplier les discours-chocs pour convaincre les Britanniques de l'importance de l'enjeu européen.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail