Accéder au contenu principal
Belgique

Belgique: les agents pénitentiaires entament leur troisième semaine de grève

La police arrive à la prison de Saint-Gilles pour remplacer des agents en grève depuis deux semaines, le 9 mai 2016.
La police arrive à la prison de Saint-Gilles pour remplacer des agents en grève depuis deux semaines, le 9 mai 2016. REUTERS/Francois Lenoir
Texte par : RFI Suivre
2 mn

Les agents grévistes dénoncent leurs conditions de travail et une baisse des effectifs. Avec plus de 80% de grévistes, l'Etat a dû envoyer des militaires dans les prisons pour assurer un service minimum auprès des détenus : sorties, douches, repas ou visites sont devenus très aléatoires. Prisons vétustes, surpeuplées, la Belgique affiche l'une des surpopulation carcérale les plus importantes d'Europe.

Publicité

Avec notre correspondante à Bruxelles,  Laxmi Lota

Un mouvement social sans précédent dans les prisons belges. Devant la maison d'arrêt de Forest, en région bruxelloise, une trentaine de grévistes dénoncent le projet de réforme du ministre de la Justice. Il compliquera encore plus la tâche des gardiens de prison, selon eux.

« Qui dit moins de personnel, dit moins de disponibilité, et surtout c'est se retrouver seul à gérer des grosses sections. Plus de travail en moins de temps, clairement, c'est non », pour Marjorie Guisey, assistante de surveillance pénitentiaire.

La prison de Forest est connue pour sa vétusté. « Il y a des rats, des cafards, des souris. Au bout de temps d'années, on a pris l'habitude. Ca fait partie de notre quotidien, c'est pas normal. C'est pas de conditions correctes, et de travail, et de détention », décrit-elle.

Le mouvement de grève a amplifié les difficultés des détenus : prendre trois repas par jour, se doucher, recevoir des visites, y compris de leur avocat est devenu quasi impossible. Pour ce détenu en permission de sortie, la situation est invivable : « En fait, ils ne nous donnent plus d'espoirs. Les assistantes sociales manquent, il n'y a plus de réinsertion. Je suis d'accord, les gens ont commis des bêtises, ils sont là pour payer, mais dans des conditions dignes d'un être humain. tout est bafoué ici en Belgique. »

Des dizaines de détenus ont porté plainte ces derniers jours contre l'Etat belge pour améliorer leurs conditions de détention.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.