Russie

Homosexualité: le réseau Enfants 404 menacé en Russie

Le site russe «Enfants 404».
Le site russe «Enfants 404». Capture d'écran

En Russie, la loi de juin 2013 sur l'interdiction de la propagande homosexuelle à destination des mineurs a laissé entendre que l'homosexualité était une anomalie, une perversion choisie par les adultes. Dès lors, la vie des adolescents russes homosexuels est devenue très difficile. C'est pour eux que Elena Klimova a créé le réseau Enfants 404, un nom qui fait référence à « error 404 », le numéro qui s'affiche sur internet quand on demande une page qui n'existe pas. Mais le site pourrait bien ne plus exister prochainement.

Publicité

Avec notre correspondante à Moscou, Muriel Pomponne

La loi de 2013, en sous-entendant que l'homosexualité était un choix pervers, a libéré la parole hostile aux homosexuels, engendrant haine et rejet, comme en témoigne ce lycéen : « Pendant l'année scolaire, quand je passais dans le couloir pour aller à la cantine, ou pour en revenir, les autres lançaient de la petite monnaie dans ma direction. Ils se mettaient à plusieurs près de la fenêtre et m'insultaient, me traitaient de " pédé ". Bien entendu, pour moi, cette année-là, il n'a plus été question d'études. »

Le rejet, ou pour le moins l’incompréhension, vient souvent des proches, auprès desquels l'adolescent n'ose donc pas se confier. Ces enfants, qui ne sont pas censés exister, ont alors trouvé un réconfort auprès de l'association Enfant 404 présente sur internet, sur les réseaux sociaux, et joignable également par téléphone.

Groupe fermé, site menacé

« Nous avons une équipe d'une dizaine de psychologues, qui travaillent avec nous gratuitement, explique Elena Klimova, la fondatrice d’Enfants 404. Parce que sinon, les jeunes ne trouvent personne à qui s'adresser. » Beaucoup de lettres témoignent que l'association a sauvé de nombreuses vies.

Mais la loi sur la propagande homosexuelle menace sa survie. Un tribunal local a déjà obtenu le blocage du groupe sur VKontakte, le Facebook russe, qui comptait 75 000 membres. Un autre tribunal vient d'ordonner la fermeture du site. L'association a fait appel, mais elle a peu d'espoir.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail