Allemagne

La droite populiste allemande attaque Boateng et les joueurs d'origine étrangère

Le joueur de football allemand Jérôme Boateng, peu avant le coup d'envoi du match Allemagne-Slovaquie, le 29 mai 2016.
Le joueur de football allemand Jérôme Boateng, peu avant le coup d'envoi du match Allemagne-Slovaquie, le 29 mai 2016. CHRISTOF STACHE / AFP

A l'approche de l'Euro, l'extrême droite et les populistes allemands provoquent des polémiques en critiquant la présence dans l'équipe nationale de leur pays de joueurs d'origine étrangère. Il y a quelques jours, des membres du mouvement anti-islam Pegida s'en étaient pris aux chocolats Kinder sur lesquels on peut trouver actuellement les photos d'enfance des joueurs. Ce dimanche 29 mai, une nouvelle polémique a éclaté après une interview du vice-président du parti populiste Alternative pour l'Allemagne s'en prenant à Jérôme Boateng, un joueur qui a grandi à Berlin et dont le père est Ghanéen.

Publicité

Avec notre correspondant à BerlinPascal Thibaut

« Les gens l'apprécient en tant que footballeur. Mais ils ne veulent pas avoir Boateng comme voisin ». Alexander Gauland, comme ses camarades de l'Alternative pour l'Allemagne (AfD), maîtrise les procédés populistes. Ne pas parler en son propre nom, mais évoquer un fait qui serait communément établi. Ne pas appeler un chat un chat et citer, en l'occurrence, la couleur de peau du joueur de la Mannschaft.

Les destinataires du message l'auront bien compris. La provocation est réussie. Il ne reste plus qu'à accuser la presse d'avoir déformé ses propos. Mais les deux journalistes du quotidien Frankfurter Allgemeine ont enregistré l'entretien. Et enfin, la présidente du parti populiste Frauke Petry rend hommage à Jérôme Boateng pour achever de brouiller les cartes.

Les déclarations d'Alexander Gauland ont provoqué d'innombrables réactions négatives. Ce dmanche, lors d'un match amical Allemagne-Slovaquie, des supporters ont déployé une banderole affirmant : « Jérôme, sois notre voisin ».

Sur les réseaux sociaux, beaucoup se solidarisent avec le joueur. Le président de la fédération allemande de football a condamné une instrumentalisation politique de mauvais goût et salué le talent de joueur de Jérôme Boateng ainsi que son engagement social.

Lors du match amical Allemagne-Slovaquie, des supporters brandissent une pancarte «Jérôme, sois notre voisin» en réponse à la polémique lancée par le parti Alternative pour l'Allemagne.
Lors du match amical Allemagne-Slovaquie, des supporters brandissent une pancarte «Jérôme, sois notre voisin» en réponse à la polémique lancée par le parti Alternative pour l'Allemagne. REUTERS/Michaela Rehle

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail