Accéder au contenu principal
Euro-2016 / Royaume-Uni

Hooligans anglais à Marseille: réactions nuancées à Londres

Des supporters anglais lancent des projectiles dans le Vieux-Port de Marseille avant le match Angleterre-Russie, le 11 juin 2016.
Des supporters anglais lancent des projectiles dans le Vieux-Port de Marseille avant le match Angleterre-Russie, le 11 juin 2016. REUTERS/Jean-Paul Pelissier
Texte par : RFI Suivre
2 mn

Londres a finalement réagi dimanche en fin de journée après les violences survenues à Marseille entre supporters anglais et russes avant et à la fin de la rencontre Angleterre-Russie. Dans un bref communiqué, le gouvernement britannique s’est dit « profondément préoccupé » par ces incidents tout en évitant néanmoins de pointer du doigt le comportement de ses propres fans.

Publicité

Avec notre correspondante à Londres, Muriel Delcroix

Le communiqué étonnamment tardif et laconique de Downing Street reflète la réaction partagée des Britanniques depuis l’irruption des violences à Marseille : le pays est certes très embarrassé face à un comportement que tout le monde croyait définitivement révolu, mais cherche aussi à minimiser la responsabilité des hooligans anglais.

Le gouvernement britannique dit ainsi être « profondément préoccupé » par les incidents à Marseille, notamment par les attaques de supporters rivaux contre des supporters anglais. « Nous condamnons la violence et appelons au calme de chaque côté », indique encore le communiqué.

En réponse à l’UEFA qui gère l’Euro-2016 et qui a menacé de disqualifier l’Angleterre et la Russie en cas de nouvelles violences de leurs supporters, Londres précise avoir proposé d'envoyer des policiers supplémentaires pour le prochain match de l'équipe d'Angleterre contre le Pays de Galles, jeudi, à Lens.

Pas un mot néanmoins sur les agissements des fans anglais sur le Vieux-Port et autour du stade de Marseille avant le match de la part d’un gouvernement qui donne l’impression de ne pas vouloir se mettre à dos sa population.

Cette réticence se retrouve également dans la presse : les grands quotidiens ont relégué en arrière-plan les incidents tandis que les tabloïds ont rejeté la responsabilité à la fois sur les supporters russes et anglais.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.