Royaume-Uni

«Brexit»: Nigel Farage et Ukip surfent sur le terrorisme et la crise migratoire

Nigel Farage, leader du parti Ukip.
Nigel Farage, leader du parti Ukip. REUTERS/Joshua Roberts

(4/5) A deux jours du référendum, RFI vous propose de découvrir le discours et la personnalité de ceux qui ont incarné la campagne. Une campagne qui a divisé les partis politiques, la société britannique et les Etats qui la composent. Nigel Farage, député européen et dirigeant de Ukip fait campagne en faveur de la sortie du Royaume-Uni de l’Union européenne. La crise migratoire est au cœur de sa campagne. Depuis son siège au Parlement, il fustige l’UE qui a laissé entrer 1,8 millions de migrants ces 18 derniers mois.

Publicité

Nigel Farage surfe sur la crise migratoire et les attentats pour convaincre les électeurs de quitter une Union européenne bien trop laxiste à ses yeux. « Daesh a réussi à envoyer 5 000 jihadistes en Europe d’après le patron d’Europol, et cela devrait nous faire tous froid dans le dos ! Je pense que c’est la clé du référendum, c’est pour cela nous voterons pour le Brexit, parce que nous voterons pour notre sécurité », s'est-il exclamé.

Accusé de vouloir récupérer politiquement les attentats de Bruxelles, Nigel Farage considère qu’il ne se sent plus en sécurité à Bruxelles devenue selon lui capitale du jihadisme en Europe. Quant aux mises en garde sur les conséquences financières et économiques du Brexit, il s’en moque même si elles émanent des institutions les plus sérieuses : le FMI, l'OCDE, « toute une série d'organisations internationales remplies de gens surpayés qui pour la plupart ont échoué dans leur carrière politique », ironise-t-il.

La personnalité charismatique mais outrancière du chef de Ukip lui a fait perdre le leadership de la campagne pour le Brexit. Ce sont les conservateurs menés par le maire de Londres Boris Johnson qui ont récupéré le vote Leave et le budget à la clé, près de neuf millions d’euros. Mais Ukip est toujours là plus offensif que jamais surtout quand la question de l’immigration revient sur le devant de la scène. Nigel Farage compte bien faire de ce référendum une victoire pour lui et pour son parti.

(1/5) Royaume-Uni: Nicola Sturgeon, opposée au «Brexit» pour le bien de l'Ecosse
(2/5) «Brexit»: Boris Johnson, pour un Royaume-Uni libéré des ingérences de l'UE
(3/5) «Brexit»: Jeremy Corbyn pour le maintien, mais toujours eurosceptique

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Suivez toute l'actualité internationale en téléchargeant l'application RFI