Brexit / Royaume-Uni

Brexit: le Royaume est-il toujours uni?

Un soutien au maintien croise un soutien à la sortie du Royaume-Uni, de l'Union européenne, le 24 juin à Londres.
Un soutien au maintien croise un soutien à la sortie du Royaume-Uni, de l'Union européenne, le 24 juin à Londres. REUTERS/Kevin Coombs

Avec 51,9 % des voix (1,3 million de votes) en faveur du Brexit, les Britanniques se sont prononcés pour une sortie de leur pays de l'Union européenne. Le Royaume-Uni n’est plus européen. Le point sur le réveil des Britanniques, ce vendredi 24 juin 2016.

Publicité

Le Royaume-Uni redevient une île, c’est la fête dans le camps du « leave » et forcemment la gueule de bois pour les partisans du « remain », du maintien dans l’Europe. Le grand perdant dans l’affaire s’apelle David Cameron. Surnommé « lucky Dave », « David le chanceux » jusqu’à ce 23 juin, le Premier ministre britannique qui avait appelé à ce référendum a perdu son pari. 

David Cameron a annoncé, vendredi matin, qu’il allait démissionner de son poste, tout en assurant la transition jusqu’au mois d’octobre, le temps de désigner un nouveau leader au sein du parti conservateur. Gueule de bois pour les Londoniens aussi qui ont voté à 60 % pour le maintien dans l’Union. Des centaines d’entre eux ont hué l’ancien maire de Londres Boris Johnson, favorable au Brexit, devant son domicile.

Des quolibets, des huées, mais aussi des cris de joie dans le camp d’en face. Les partisans du Brexit ont célébré leur victoire devant les grilles du palais de Westminster. « L’aube se lève sur un Royaume-Uni indépendant », s’est réjoui le leader du parti europhobe, Nigel Farage.

Tout le monde a été surpris

Les pro-Brexit, rapporte notre envoyée spéciale à Londres, Béatrice Leveillé, ont semble-t-il eux-mêmes été surpris car ils étaient peu nombreux et la fête n’a pas duré très longtemps. Il faut dire que beaucoup de Britanniques ont découvert ce matin qu’ils allaient sortir de l’Union européenne et que leur Premier ministre allait démissionner.

Le Royaume-Uni porte mal son nom désormais. Si l’Angleterre et le Pays de Galles ont majoritairement voté pour la sortie de l’Europe, l’Ecosse et l’Irlande du Nord se sont prononcés pour le maintien. Les Ecossais vont vouloir leur indépendance, et les catholiques irlandais demandent déjà leur rattachement à l’Irlande. Le Royaume-Uni est donc au bord de l’implosion, mais il n’y a aucun plan, pas de stratégie. Il semble que David Cameron n’ait jamais envisagé la possibilité d’un Brexit en organisant ce référendum.

Une large majorité des parlementaires préférait également rester dans l’Union européenne. Le fossé entre les politiques et la population est énorme. Boris Johnson apparaît comme le successeur le plus probable de David Cameron, mais il est loin de faire l’unanimité, même chez les « Brexiteurs ».

Cela devait arrivé, j'en ai bien peur. Tout le monde a cru pouvoir manger sur le dos de l'Europe. C'est comme ça.

Micro-trottoir à Londres

 

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail