France / Royaume-Uni

Migrants: le Brexit peut-il remettre en cause l'accord franco-britannique?

Et si la frontière entre la France et le Royaume-Uni n'était plus à Calais, mais à Douvres ?
Et si la frontière entre la France et le Royaume-Uni n'était plus à Calais, mais à Douvres ? REUTERS/Pascal Rossignol

Le traité du Touquet est un accord bilatéral entre la France et le Royaume-Uni conçu pour lutter contre l’immigration illégale. Il n'a rien à voir avec les accords européens. Par conséquent, il ne peut être remis en cause directement par le Brexit. Mais tout le monde ne l'entend pas de cette oreille.

Publicité

Signés en 2003 après la fermeture du centre d'hébergement de Sangatte, les accords du Touquet permettent notamment à des policiers britanniques de contrôler sur le sol français les candidats à l'immigration vers les côtes anglaises. Et la France a le devoir d'accueillir les immigrés refoulés à la frontière. De ce fait, il entraîne un glissement de la frontière britannique dans les ports français.

Pour l'heure, le ministre de l'Intérieur français, Bernard Cazeneuve, estime toujours qu'il n'y a pas de raisons valables de remettre en cause ces accords.

Appels à une renégociation

Une position que ne partagent pas certains élus, notamment la maire de Calais, Natacha Bouchart, ou encore le président de la région Nord, Xavier Bertrand, qui insistent pour une renégociation rapide du traité. La dénonciation de l’accord ne date pas d’hier. Début mars, le ministre de l’Economie Emmanuel Macron avait lancé en guise d’avertissement aux Britanniques : « Le jour où cette relation sera rompue, les migrants ne seront plus à Calais. » Une déclaration à l’encontre de la position française, vite tempérée par Bernard Cazeneuve.

Mais avec le Brexit, cette position a gagné en poids politique dans l’Hexagone. Dans les heures qui ont suivi les résultats du référendum ce vendredi, plusieurs personnalités ont appelé à remettre en cause cet accord. Après Xavier Bertrand sur Twitter, la députée européenne écologiste Karima Delli a de son côté affirmé sur le réseau social : « François Hollande doit renvoyer les accords du Touquet aux oubliettes. »

A leurs yeux, la frontière doit désormais être à Douvres, en Angleterre, et non plus à Calais, en France.

→ DANS NOS ARCHIVES : Harlem Désir: «La coopération sur le contrôle de l’immigration est plus facile avec une Grande-Bretagne membre de l’UE»

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail