Accéder au contenu principal
Brexit/Royaume-Uni

Brexit: 3 millions de signataires à la pétition et les doutes des «brexiteurs»

Từ sau cuộc trưng cầu dân ý hôm 23/06/2016, trang nhất các báo Anh đều dành nói về Brexit và hậu quả của nó. Ảnh chụp ngày 25/06/2016.
Từ sau cuộc trưng cầu dân ý hôm 23/06/2016, trang nhất các báo Anh đều dành nói về Brexit và hậu quả của nó. Ảnh chụp ngày 25/06/2016. REUTERS/Neil Hall
Texte par : RFI Suivre
2 mn

Le succès grandissant de la pétition pour un nouveau référendum déposée sur le site du Parlement, qui atteint plus de trois millions de signatures, commence à faire du remous à la chambre des députés. Un député, David Lammy, demande ce dimanche un vote du Parlement pour bloquer le processus de départ du Royaume-Uni de l'Union européenne validé jeudi 23 juin par près de 52% des électeurs.

Publicité

avec notre envoyée spéciale à Londres, Béatrice Léveillé

Il a été le premier député à réagir au succès de cette pétition. « Réveillez-vous, nous pouvons arrêter cette folie et mettre fin à ce cauchemar avec un vote au Parlement !» a lancé sur les réseaux sociaux cet ancien ministre travailliste et député de Londres.

Une injonction qui a provoqué de vives réactions. Une manœuvre anti-démocratique selon les partisans du Brexit. Nigel Farage, le dirigeant du parti xénophobe UKIP, se félicite de cet appel qui va encourager plus d'électeurs travaillistes à voter pour UKIP selon lui, mais David Lammy recueille aussi de nombreux soutiens et le nombre de pétitionnaires sur la pétition en ligne sur la page internet du Parlement a dépassé la barre des trois millions ce dimanche.

Le Premier ministre David Cameron, en démissionnant et en annonçant qu’il laissait à son successeur le soin d’activer l’article 50 qui lance la procédure de divorce avec l’Union européenne, laisse la porte ouverte à toutes les initiatives et à toutes les spéculations d’autant que les partisans du brexit sont de plus en plus nombreux à regretter ouvertement leur vote.

Un référendum à une simple majorité est-il suffisant pour prendre une décision d’une telle importance ? La question aurait du être posée avant l’organisation de ce référendum dont les conséquences commencent déjà à se faire sentir.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.