Lituanie / Turquie

Soupçons d'espionnage russe en Lituanie

Dalia Grybauskaite, la présidente de la Lituanie, à Bruxelles, le 28 juin 2016.
Dalia Grybauskaite, la présidente de la Lituanie, à Bruxelles, le 28 juin 2016. REUTERS/Eric Vidal

C'est un nouvel épisode dans le feuilleton d'espionnage entre la Lituanie et la Russie : Moscou aurait tenté de mettre sur écoute le domicile et les bureaux de la présidente lituanienne. Une affaire qui intervient sur fond de tensions croissantes entre la Russie et les pays à la frontière orientale de l'Union européenne et de l'Otan.

Publicité

Le citoyen russe identifié par les initiales N.F. est en prison depuis avril 2015, il aurait essayé de recruter des agents de sécurité pour poser des micros dans les appartements et les bureaux de la présidente lituanienne Dalia Grybauskaite. Il vient d'être inculpé a annoncé la justice lituanienne, pour espionnage, contrefaçon de documents et passage illégal de la frontière.

C'est loin d'être la première affaire du genre. En mars de l'an dernier, les services de contrespionnage de Vilnius affirmaient dans un rapport qu'« un tiers des diplomates russes travaillant en Lituanie appartenaient ou collaboraient avec les agences de renseignement de leur pays ».

Ce nouvel épisode jette de l'huile sur le feu à quelques jours d'un sommet de l'Otan. L'alliance atlantique a renforcé sa présence militaire sur le flanc est de l'Europe face à la Russie, pour cause de guerre en Ukraine. Ce qui irrite beaucoup Moscou.

Et le ministre allemand des Affaires étrangères, Frank-Walter Steinmeier, s'est inquiété il y a dix jours du risque de voir l'option militaire prendre le pas sur la diplomatie et le dialogue dans les relations avec Moscou.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail