Accéder au contenu principal
Hongrie / Migrants

Hongrie: le référendum sur les migrants, une tactique politique pour Orban

Le Premier ministre hongrois, Viktor Orban lors du sommet de l'Union européenne à Bruxelles, le 29 juin 2016.
Le Premier ministre hongrois, Viktor Orban lors du sommet de l'Union européenne à Bruxelles, le 29 juin 2016. REUTERS/Francois Lenoir
Texte par : RFI Suivre
4 mn

La Hongrie organisera le 2 octobre un référendum sur le plan de répartition des réfugiés au sein de l'Union européenne. Au total, près de 160 000 personnes seront accueillies sur deux ans, dont 2 000 à Budapest. Mais le gouvernement nationaliste de Viktor Orban n’en veut pas un seul sur son sol.

Publicité

Avec notre correspondante à Budapest,  Forence La Bruyère

Après avoir contesté ce plan devant la justice européenne, Viktor Orban organise une consultation populaire. Les Hongrois seront appelés à répondre à la question suivante : « Voulez-vous que l'Union européenne décrète une relocalisation obligatoire de citoyens non hongrois en Hongrie sans l'approbation du Parlement hongrois ? »

Ce référendum est la suite d’une campagne contre les réfugiés que le gouvernement nationaliste mène depuis un an et demi. Sur la chaîne sportive hongroise, très regardée en ce moment à cause du football, il y a des petites actualités d’une minute : un reportage sur les migrants sous un jour négatif. Pourtant, il n’y a plus d’afflux massif de réfugiés. Une centaine de personnes arrivent chaque jour à la frontière. Au total, on ne compte plus que 2 000 demandeurs d’asile et migrants dans le pays.

Une majorité votera vraissemblablement « non »

Cette campagne de communication et les attentats terroristes ont eu un impact sur les Hongrois. Il est vraisemblable qu’une majorité votera « non » au référendum. Viktor Orban pourra ainsi se poser en défenseur de la nation face au diktat européen. Il pourra également mobiliser de nouveaux électeurs, à droite comme à gauche.

De quoi le mettre, peut-être, en position de force pour négocier certaines questions à Bruxelles. Mais depuis le Brexit, ce référendum prend une autre signification. Certains analystes se demandent si Viktor Orban ne veut pas, à terme, quitter l’Union européenne. Pour l’instant en tout cas, 65 % des Hongrois veulent rester dans l’UE.

Pour Yves Pascouaud, le référendum hongrois est un non-respect de la coopération entre les Etats membres de l’UE

 

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.