Russie

Mort du patron de Total en Russie: début du procès à Moscou

Le PDG de Total, Christophe de Margerie, décédé le 20 octobre 2014.
Le PDG de Total, Christophe de Margerie, décédé le 20 octobre 2014. AFP PHOTO / FRED DUFOUR

Le procès des responsables du crash de l'avion de l'ancien PDG de la société pétrolière française Total, Christophe de Margerie, a commencé jeudi à Moscou par une audience préliminaire à huis clos, a rapporté l'agence de presse russe Interfax.

Publicité

Le PDG du groupe pétrolier français Total, Christophe de Margerie, ainsi que trois membres d'équipage, sont morts le 20 octobre 2014, lorsque son jet privé avait heurté une déneigeuse avant de prendre feu sur le tarmac de l'aéroport Vnoukovo de Moscou.

Cette première audience préliminaire permet à la défense et au parquet de s'accorder sur le calendrier du procès, qui se tiendra dans la capitale russe.

Sur le banc des prévenus, quatre employés de l'aéroport - le conducteur du chasse-neige Vladimir Martynenko, le contrôleur aérien Alexandre Krouglov, l'ingénieur en chef Vladimi et le responsable du contrôle des vols, Roman Dounaïev. L'avocat de ce dernier a déclaré à l'agence de presse RIA Novosti qu'une requête avait été déposée pour demander un « renvoi du dossier au parquet en raison de violations ». Cette requête sera examinée vendredi.

A partir des enregistrements audios issus d'une des boîtes noires de l'avion et des vidéos des caméras de surveillance de l'aéroport, l'enquête russe a permis d'établir que les pilotes de l'avion avaient bien vu le chasse-neige sur la piste avant qu'il ne disparaisse de leur champ de vision. Ayant poursuivi la procédure de décollage, les pilotes n'ont aperçu de nouveau le chasse-neige, revenu sur la piste pour une raison encore inconnue des enquêteurs, que trois secondes avant l'impact.

L'avion, qui était en cours de décollage, avait alors basculé sur le côté droit avant de s'écraser, tuant toutes les personnes à son bord.

L'enquête russe a été doublée par une enquête française après l'ouverture au parquet de Paris d'une information judiciaire pour « homicides involontaires par violation manifestement délibérée d'une obligation de sécurité ou de prudence ».

Avec AFP

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail