Turquie

Bayram Baltci: «Pour la première fois, l’armée turque se montre divisée»

Le portrait du président Erdogan est affiché sur cet immeuble à Ankara, le 16 juillet 2016.
Le portrait du président Erdogan est affiché sur cet immeuble à Ankara, le 16 juillet 2016. REUTERS/Tumay Berkin

Couvre-feu, loi martiale et aéroport fermé. La Turquie vit une tentative de coup d'Etat depuis vendredi 15 juillet au soir, un putch mené par une partie de l'armée hostile au président Recep Tayyip Erdogan. Le pouvoir semble sur le point de reprendre l'Etat en main, mais la situation reste confuse. Bayram Baltci, enseignant-chercheur au Centre de recherches internationales (Ceri), revient sur le rôle de l'armée en Turquie.

Publicité

RFI : Sait-on si le coup d'Etat a réussi ou échoué ?

Bayram Baltci : La tension est encore assez incertaine, assez trouble. Maintenant, on a le sentiment que c’est plutôt un échec. Apparemment, le pouvoir est en train de se ressaisir, après avoir perdu le contrôle de la situation pendant quelques heures. Ce serait plutôt Erdogan et la majeure partie de l’armée qui finiraient par s’imposer, et non pas les putschistes au sein de l’armée.

Ce n’est pas la première fois que les militaires prennent le pouvoir par la force en Turquie. Mais cette fois-ci, on a l’impression de ne pas voir un seul bloc. L’armée turque apparaît divisée.

Effectivement, c’est la première fois. Ce n’est pas la première fois que l’armée tente de prendre le pouvoir, mais c’est la première fois qu’elle se montre un peu divisée. Jusque-là, en 1960, 1971 et 1980, à chaque fois que l’armée a tenté de reprendre le pouvoir, elle était unie en bloc derrière son chef d’état-major.

Mais là, ce n’est visiblement pas le cas et c’est plutôt une première. Je dirais que c’est assez inquiétant pour l’armée turque qui, pour la première fois, se montre divisée, alors qu’historiquement elle a été unie, qu'elle a été à l’origine de la fondation de la Turquie. Je pense que ce sera quelque chose de nouveau dans l'histoire du pays, et ce sera probablement une situation qui va préoccuper ses dirigeants.

Peut-on rappeler le rôle de l’armée dans la société turque, vis-à-vis du pouvoir actuel, et pour l’Etat turc en général ?

Je pense que l’armée turque est assez prestigieuse. Malgré les coups d’Etat qu’elle a organisés en Turquie, bien que dans l’histoire elle soit apparue souvent antidémocratique, il y a quand même un certain soutien à l'armée au sein de la population. C’est pour cette raison qu'à l’heure actuelle, il y a une mobilisation de la population contre le coup.

On a le sentiment que c’est pour protéger le pouvoir d’Erdogan, mais c’est beaucoup plus complexe que cela. Il me semble que l’armée était prestigieuse, mais en même temps, on a le sentiment que la population turque a changé, et qu’elle ne veut pas que l’armée soit au pouvoir, mais plutôt dans ses casernes pour protéger la nation.

Peut-on parler des cibles qui ont été visées par les putschistes ? Il y a notamment eu le MIT, le bâtiment des services de renseignement.

C’est une première et cela montre à quel point pour le pouvoir d'Erdogan, le MIT est important. Cela montre à quel point il y a une rivalité, une compétition, entre différentes structures, différentes forces en Turquie.

Apparemment, l’armée a visé le MIT, le bâtiment des renseignements généraux, plus, je crois l’Assemblée nationale, plus l’état-major. On a vu aussi la police contre l’armée, ce qui est une première en Turquie.

D’habitude, il y a toujours des rivalités, mais pas à ce point-là. Mais le fait que le MIT ait été visé par les putschistes montre à quel point c’est un appui fort pour le pouvoir d’Erdogan.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail