Accéder au contenu principal
Hongrie

Hongrie: la télévision publique ignore l’équipe olympique des réfugiés

La télévision publique hongroise a passé sous silence la victoire en série de Yusra Mardini, membre de l'équipe olympique des réfugiés, samedi sur 100m papillon.
La télévision publique hongroise a passé sous silence la victoire en série de Yusra Mardini, membre de l'équipe olympique des réfugiés, samedi sur 100m papillon. REUTERS

En Hongrie, une étrange omission de la télévision publique provoque un débat sur le Net. Le 6 août dernier, la jeune syrienne Yusra Mardini, membre de l’équipe olympique des réfugiés, remportait la première série du 100 mètres papillon aux JO de Rio, sans toutefois se qualifier pour la suite des épreuves. L’an dernier, la jeune nageuse avait sauvé la vie d’une vingtaine de personnes, en remorquant avec sa sœur un bateau à la nage jusqu’à la Grèce. Samedi soir, toutes les chaînes parlaient bien évidemment de l’histoire de cette jeune syrienne, excepté la télévision publique hongroise. L’affaire fait beaucoup de remous sur la Toile.

Publicité

Les commentaires sur internet se sont multipliés après l’accès d’amnésie de M4, la chaîne publique sportive hongroise. Au moment du départ du 100 mètres papillon femmes, samedi dernier, le journaliste hongrois qui se trouve à Rio a d’abord donné les noms des nageuses ainsi que leur pays d’origine, excepté celui de la jeune syrienne, Yusra Mardini. Il n’a pas non plus mentionné l’existence d’une équipe olympique de réfugiés. Et un peu avant la fin de l’épreuve (remportée par la Syrienne), il a carrément changé de sujet : « ce n’est pas une course très importante, permettez-moi de parler d’une autre épreuve qui commence dans quelques minutes et à laquelle participent nos compatriotes… »

Une campagne anti-migrants menée par Viktor Orban

Sur les réseaux sociaux, le comité Helsinki, une organisation de défense des droits de l’homme, estime que cet « oubli » n’est pas le fruit du hasard : depuis un an et demi, les médias publics, qui sont complètement contrôlés par le gouvernement nationaliste de Viktor Orban, présentent systématiquement les migrants comme des terroristes potentiels. Cette campagne anti-migrants a d'ailleurs permis au parti de Viktor Orban d’accroître sa popularité, c’est pourquoi il continue à marteler ce thème.

Pour les médias publics, il n’est évidemment pas question de présenter les réfugiés sous un angle positif. Voilà pourquoi le journaliste aurait évité de parler de la nageuse syrienne.

Des spots gouvernementaux pour promouvoir un référendum contre l’accueil des réfugiés

Ce dernier s’est défendu en expliquant qu’il y a eu beaucoup de problèmes techniques pendant le direct et qu’il n’avait pas toutes les informations nécessaires. Sur Mandiner, un blog de droite modérée, la bloggeuse Brigitte Kiss pense pour sa part que le journaliste n’a pas fait exprès d’omettre le nom de Yusra. Selon elle, ce dernier semblait dépassé, puisqu’il y a eu beaucoup d’erreurs dans son commentaire. Il a mentionné le couloir n° 4 (celui où nageait Yusra) mais s'est trompé en donnant le nom d'une autre nageuse. Puis il a présenté une championne comme venant du Groenland alors qu’elle venait de Grenade. Selon cette bloggeuse, le journaliste aurait été tout simplement incompétent et mal préparé.

Ce qui est beaucoup plus choquant, conclut-elle, ce sont les spots gouvernementaux pour promouvoir un référendum contre l’accueil des réfugiés. Celui-ci sera organisé par le gouvernement dans 2 mois. En ce moment, à la télévision, pendant les épreuves olympiques, des pauses publicitaires où l’on voit ces spots, qui sont vraiment des messages de haine, sont diffusés sans arrêt. Ils sont aussi visibles sur de nombreux portails web qui ont besoin d’argent et qui vendent de l’espace publicitaire au gouvernement.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.