Accéder au contenu principal
Cinéma

«Mimosas» d'Oliver Laxe: la route périlleuse des caravanes et de la foi

Les comédiens sont des non professionnels: Ahmed Hammoud, l'un des personnages principaux du film.
Les comédiens sont des non professionnels: Ahmed Hammoud, l'un des personnages principaux du film. DR
3 mn

Récompensé au dernier Festival de Cannes par le Grand Prix de la semaine de la critique pour Mimosas, le réalisateur franco-espagnol Oliver Laxe nous mène avec son second film dans le Maroc profond et éternel, celui des caravanes. Sur la route, ou plutôt sur les chemins escarpés et dangereux de la quête, entre épopée mystique et périple initiatique, Mimosas convie le spectateur à se perdre sur le chemin de Sijilmasa.

Publicité

Sur un mur, une fresque peinte part en lambeaux. Sur la fresque, une citadelle ou un palais, des jardins, un torrent d'eau fraîche. Dans le mur : une porte, fermée. Il faut pousser la porte pour entrer dans la citadelle, entrer dans l'histoire et partir avec la caravane à la recherche de Sijilmasa. Nous sommes dans le Haut Atlas, au Maroc. Paysages de cimes enneigées, éboulis pierreux noirs, chemins de chèvres accrochés à flanc de montage. La caravane est celle d'un vieux cheikh, burnous et barbe blanche, qui veut mourir à Sijilmasa, tout à la fois étape caravanière et introuvable Eden. Voilà le point de départ de l'histoire de Mimosas, un vieil homme qui veut mourir et d'autres qui l'accompagneront au péril de leur vie et de leur âme dans cette aventure.

Shakib Ben Omar a été choisi pour cette mission parce qu'il a la "baraka".
Shakib Ben Omar a été choisi pour cette mission parce qu'il a la "baraka". DR

Héros solitaires et maudits, paysages grandioses, caravanes qui s'échappent dans un tourbillon de poussière au soleil couchant, méchants en embuscade dans des gorges infranchissables, citadelle d'adobe au milieu du désert : Mimosas est une sorte de western (ou plutôt « eastern », puisque ces voyageurs font route vers l'Orient, explique Oliver Laxe). Il en a la dimension épique et Shakib, petit bonhomme à la silhouette d'enfant dans des bottes trop grandes, en serait le démiurge à la manière de Personne dans le film de Tonino Valerii. Mais c'est également un film d'initiation.

Mimosas raconte aussi une quête spirituelle et religieuse. Il est beaucoup question de Dieu, d'Allah, puisque « tout est dans ses mains » dit la chanson, du pouvoir de la prière. Trois personnages principaux dans ce film : Shakib, le lutin illuminé qui a la foi chevillée au corps ; Ahmed, qui ressemble à un cheikh mais n'a jamais mis les pieds dans une mosquée ; et Saïd, le dévoué qui fait le lien entre les deux premiers. Sorte d'ange gardien ou « d'idiot sage », Shakib a pour mission de veiller sur Ahmed, de lui apprendre la foi, de l'aider à devenir un homme. Et les obstacles rencontrés par les caravaniers sont des épreuves sur un chemin initiatique - séquencé en trois chapitres, trois moments de la prière -, qui fera d'eux des hommes, s'ils survivent. Prier et accomplir sa mission, voilà ce qui fait un homme.

Mais où sont les mimosas dans cette histoire ? Il ne faut pas les chercher, s'amuse le réalisateur. Tout ne doit pas faire sens selon Oliver Laxe, il faut laisser une place au non-dit, à l'imaginaire et à la spiritualité. « Interprétez l'histoire comme vous voulez ! », dit Shakib, le raconteur d'histoires qui fait voler les mules. Une place au cinéma.

►Oliver Laxe était l'invité Culture de Sophie Torlotin

Caravane de taxis, caravane de mules: le film d'Oliver Laxe, "Mimosas" est le récit d'une quête.
Caravane de taxis, caravane de mules: le film d'Oliver Laxe, "Mimosas" est le récit d'une quête. DR

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.