Accéder au contenu principal
Allemagne

Allemagne: les mères bientôt obligées d'avouer une relation extra-conjugale?

Un projet de loi prévoit d'obliger les mères de famille à dévoiler l'identité du vrai père de leur enfant né d'une relation extra-conjugale. (Photo d'illustration)
Un projet de loi prévoit d'obliger les mères de famille à dévoiler l'identité du vrai père de leur enfant né d'une relation extra-conjugale. (Photo d'illustration) REUTERS/Pilar Olivares
Texte par : RFI Suivre
2 mn

Que se passe-t-il lorsqu'un mari apprend que son enfant n'est pas de lui mais est issu d'une relation extra-conjugale de sa compagne ? Hormis les retombées pour la vie de couple, cette nouvelle peut aussi avoir des conséquences sonnantes et trébuchantes, le mari pouvant exiger du géniteur de l'enfant qu'il subvienne à l'entretien de l'enfant qu'il a conçu. Mais encore faut-il connaître son nom. Tel est l'objet d'un projet de loi présenté par le ministre allemand de la Justice.

Publicité

Avec notre correspondant à Berlin,  Pascal Thibaut

On les appelle les enfants coucous. Comme pour cet oiseau qui pond ses oeufs dans un nid qui n'est pas le sien, ils ne sont pas les enfants de leur père juridique. Leur mère ayant eu une relation extra-conjugale avec un autre homme dont ils sont issus. 4 à 10% des enfants seraient concernés, d'après certaines études.

Pour contester sa paternité, le mari doit savoir qui était le véritable géniteur de l'enfant. Un arrêt de la Cour constitutionnelle avait estimé que l'obligation faite à la mère de dévoiler l'identité du vrai père de l'enfant devait faire l'objet d'une loi. Tel est l'objectif du texte qui sera présenté ce mercredi 31 août au conseil des ministres avant d'être débattu par le Parlement allemand.

Cette loi veut contraindre les femmes concernées à avouer à leur conjoint contestant leur paternité le nom du géniteur d'un enfant né d'une relation extra-conjugale. La mère pourra garder le silence si des raisons très sérieuses s'opposent à une identification du père biologique. Le géniteur pourra se voir obliger de rembourser les frais d'entretien de l'enfant sur une période allant jusqu'à deux ans. Les sanctions pouvant frapper une femme gardant le silence n'ont pas été précisées.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.