Accéder au contenu principal
Turquie / Politique

Putsch raté en Turquie: la purge se poursuit dans la fonction publique

Près de 80 000 personnes ont été licenciées depuis le coup d'Etat avorté du 15 juillet 2016 (en photo, le président Erdogan).
Près de 80 000 personnes ont été licenciées depuis le coup d'Etat avorté du 15 juillet 2016 (en photo, le président Erdogan). REUTERS
Texte par : RFI Suivre
2 mn

En Turquie, 80 jours après le coup d'Etat raté, les purges se poursuivent dans la fonction publique. Des milliers de fonctionnaires ont été licenciés par décret vendredi 2 septembre, notamment dans l'enseignement et dans la police. Jeudi, des centaines de juges ont également été congédiés et d'autres purges massives pourraient bien avoir lieu dans les jours à venir.

Publicité

Avec notre correspondant à Istanbul,Alexandre Billette

La Turquie est toujours sous l'état d'urgence qui autorise les licenciements massifs dans la fonction publique. Vendredi, plus de 10 000 employés ont été licenciés, des mises à pied qui concernent surtout l'éducation, la justice et la police. Encore une fois les fonctionnaires visés sont soupçonnés d'avoir été liés au mouvement de Fethullah Gülen, le cerveau présumé du putsch raté.

Pour les personnes concernées, les conséquences sont multiples : interdiction de postuler à nouveau pour un poste dans la fonction publique, saisie du passeport, expulsion de leur appartement s'ils habitent un logement fourni par l'Etat.

3% de fonctionnaires visés

Plus de 80 000 personnes ont été licenciées depuis le 15 juillet, un nombre qui pourrait rapidement dépasser les 100 000 selon les décrets qui sont en cours de préparation.

Jeudi, des centaines de procureurs et de juges ont été congédiés dans le cadre de l'enquête sur les liens de l'administration avec Gülen, élevant le nombre de membres du système judiciaire renvoyés à 3 390.

Auparavant, le ministre de la Défense, cité par les médias turcs, avait annoncé la révocation de 820 militaires supplémentaires, sans compter les généraux ou les amiraux. Au total, plus de 4 000 militaires ont été relevés de leurs fonctions depuis le putsch manqué.

Plus de 3% de la totalité des fonctionnaires du pays sont désormais visés par ces licenciements. Dans moins de trois semaines, après les fêtes religieuses de Bayram, aura lieu la rentrée dans le pays, premier véritable test pour la fonction publique.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.