Accéder au contenu principal
Réfugiés

Migrants africains: «Les retours forcés se passent toujours mal»

Les migrants maliens à la descente du bus à Bamako.
Les migrants maliens à la descente du bus à Bamako. RFI/Anthony Fouchard
Texte par : RFI Suivre
2 mn

Comment améliorer le retour « forcé » des migrants en Afrique ? C’est le sujet d'une conférence qui s'est tenue cette semaine au Parlement européen à Bruxelles. Autour de la table : des eurodéputés, des ONG mais aussi des ambassadeurs.   

Publicité

Lorsqu’un migrant revient dans son pays d’origine contre son gré, il se retrouve souvent isolé. La raison ? Ses proches ont investi une importante somme d'argent pour qu'il réussisse en Europe, les migrants refoulés sont donc mal vus.

« Les retours forcés se passent toujours mal, car il consacre l’échec du migrant », précise l’ambassadeur du Mali à Bruxelles, Sekou Gaoussou Cissé. Et d’ajouter : « Très souvent, le migrant forcé de rentrer ne va pas jusque dans sa communauté, il va rester à Bamako ou une capitale régionale pour organiser un nouveau départ, très souvent, sans que sa famille ne soit au courant. »

Améliorer le retour

Pour améliorer les conditions de ce retour, la Fondation pour l'égalité des chances en Afrique propose de mettre en place des microcrédits et des centres de formation pour assurer la réinsertion socio-économique des migrants.

« Une aide peut se mettre en place tout simplement par une aide au crédit pour racheter du bétail, pour racheter une petite entreprise », explique Georges-Henri Beauthier. Le membre de la fondation poursuit : « Pour permettre un fonctionnement, c’est justement avec des taux d’intérêt particulièrement peu élevés et des conditions tout à fait favorables qui leur permettent d’avoir un petit pactole qui les relancent de la part du privé, des associations, de la part des ONG, de la commission et des Etats. Il faut que chacun mette la main à la poche. »

Les participants à la conférence vont se revoir dans quelques mois pour mettre en œuvre ces idées.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.