Accéder au contenu principal
UE

Conseil européen: Theresa May attendue au tournant sur le Brexit

La nouvelle Première ministre britannique Theresa May s'exprimera pour la première fois devant ses collègues européens depuis le vote pour le Brexit.
La nouvelle Première ministre britannique Theresa May s'exprimera pour la première fois devant ses collègues européens depuis le vote pour le Brexit. REUTERS/Peter Nicholls/File Photo
Texte par : RFI Suivre
2 mn

Les 28 se retrouvent ce jeudi 20 octobre à Bruxelles pour un sommet européen. Au menu : immigration, politique commerciale, relations avec la Russie et conflit syrien. Ce Conseil sera aussi l'occasion pour les Européens d'entendre les arguments de la chef du gouvernement britannique sur le Brexit. Les premiers pas de Theresa May au Conseil européen seront scrutés.

Publicité

Ce jeudi soir, pendant le dîner, Theresa May informera ses pairs de ses projets. La chef du gouvernement britannique a promis d'engager la procédure de retrait de l'Union européenne d'ici mars. Elle semble avoir choisi l'option d'un Brexit dur, avec une sortie radicale. Les Européens, eux, ne cessent de marteler qu'il n'y aurait pas d'accès au marché unique sans le respect des quatre libertés fondamentales de circulation des biens, des services, des capitaux et des personnes.

Le plat de résistance du dîner concernera sans conteste la question des relations avec la Russie et son rôle en Syrie. Les 28 devraient « fermement condamner » la participation de Moscou aux bombardements du régime syrien sur la partie est d'Alep et exiger une cessation « immédiate » des hostilités, selon un projet d'accord. Aucune décision n’est attendue en revanche à propos d’un éventuel alourdissement des sanctions imposées à la Russie, d'autant que la question divise les Etats membres.

Cet après-midi, la première session de travail sera consacrée à la crise migratoire et aux moyens mis, ou à mettre en œuvre, pour éviter la multiplication des drames en Méditerranée, mais aussi garantir une meilleure sécurité des frontières. La question de la solidarité avec les pays en première ligne comme l'Italie et la Grèce sera évoquée, mais elle ne risque pas d'aboutir puisque des pays comme la Hongrie ou la Pologne s’y opposent.

Autre sujet de discorde au programme : la politique commerciale de l'Union, et en particulier l'accord de libre-échange avec le Canada. Il se heurte à la résistance des Wallons et des Bulgares. Or le temps presse, Justin Trudeau est attendu jeudi prochain à Bruxelles pour la cérémonie de signature.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.