Accéder au contenu principal
Turquie

Turquie: «des journalistes souffrent dans les prisons», selon Can Dündar

Can Dündar (droite) s'adressant à la presse, le 26 février 2016 près d'Istanbul.
Can Dündar (droite) s'adressant à la presse, le 26 février 2016 près d'Istanbul. REUTERS/Can Erok/Cumhuriyet
Texte par : RFI Suivre
2 mn

Can Dündar est un journaliste turc réfugié en Allemagne. Avec un militant tartar de Crimée et deux jeunes femmes yézidis qui ont eu le courage de témoigner de ce que Daech leur a fait subir, il est finaliste du prix Sakharov qui sera attribué ce jeudi 27 octobre à 12h00. Il lance un appel à ses collègues européens pour qu’ils soutiennent les journalistes turcs de plus en plus nombreux dans les prisons en Turquie.

Publicité

Can Dündar était le rédacteur-en-chef de Cumhuriyet, journal d’opposition turc qui a publié des documents sur des livraisons d’armes par les services secrets turcs aux jihadistes en Syrie, en 2014.

Le président Erdogan avait promis qu’il paierait un prix très lourd pour cet article. Le journaliste a été emprisonné puis victime d’une tentative d’assassinat alors qu’il se rendait au tribunal. Réfugié en Allemagne, il attend son jugement définitif.

C’est pour ses collègues emprisonnés en Turquie qu’il lance un appel à tous les journalistes européens. « Vous devez être conscients que beaucoup de vos collègues journalistes souffrent dans les prisons turques ! Ils ont besoin de votre aide et de votre soutien ! Vous pouvez venir couvrir leur procès, publier leurs enquêtes qui sont censurées. Vous pouvez leur donner une chance de s’exprimer sur vos radios ou vos télévisions, garder un regard attentif sur la situation des droits de l’homme en Turquie », alerte-t-il.

La Turquie est désormais le pays qui compte le plus grand nombre de journalistes en prison, plus que l’Iran ou la Chine.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.