Accéder au contenu principal
Espace

ISS: Thomas Pesquet, un Français bientôt «catapulté» dans l'espace

Le spationaute français Thomas Pesquet, membre du prochain équipage à se rendre à bord de l'ISS en novembre, en tenue de cosmonaute à la Cité des étoiles, le 25 octobre 2016.
Le spationaute français Thomas Pesquet, membre du prochain équipage à se rendre à bord de l'ISS en novembre, en tenue de cosmonaute à la Cité des étoiles, le 25 octobre 2016. REUTERS/Maxim Zmeyev
Texte par : RFI Suivre
4 mn

Le 16 novembre prochain, le Français Thomas Pesquet, 38 ans, s'envolera de Baïkonour, au Kazakhstan, direction la Station spatiale internationale (ISS). Son premier vol dans l'espace. Pendant six mois, il sera accompagné de l'Américaine Peggy Whitson, 56 ans, et du Russe Oleg Novitski, 45 ans. Ce jeudi 27 octobre, tous trois ont tenu une conférence de presse à la Cité des étoiles, à Chtchiolkovo, où ils se sont entraînés pendant des mois.

Publicité

Avec notre correspondante à Moscou,  Muriel Pomponne

En juillet dernier, Thomas Pesquet faisait office de doublure pour un équipage qui s'était alors envolé dans l'espace. Etre doublure, cela signifie subir les mêmes entraînements que l'équipage principal, sans partir sauf en cas de problème.

Cette fois-ci, ce sera lui qui prendra place à bord du Soyouz. « Il y a une partie de moi qui n'y croit pas vraiment, en fait. C'est la deuxième fois que je passe les examens finaux, donc c'est comme un processus auquel je suis habitué, mais cette fois, à la fin, il y a vraiment la fusée et le décollage », confie-t-il.

« Je crois que j'ai encore un peu du mal à y croire, même si ça fait des années que je m'entraîne. Tout ça, c'était très virtuel, puisque c'était au simulateur. Maintenant, c'est pour de vrai. Je pense qu'il va y avoir un moment de réalisation, quand on va arriver au pied de la fusée et qu'on va se dire " ah oui, c'est vrai, on va vraiment se catapulter dans l'espace ! " »

Les trois membres de l'équipage s'entraînent ensemble depuis des mois, et envisagent sans appréhension de passer six mois ensemble nuits et jours à partir de novembre.

L'équipage qui prendra le chemin de l'ISS en novembre prochain. De gauche à droite: Peggy Whitson, Oleg Novitsky et Thomas Pesquet. Centre d'entraînement Gagarin, Cité des étoiles, le 26 octobre 2016.
L'équipage qui prendra le chemin de l'ISS en novembre prochain. De gauche à droite: Peggy Whitson, Oleg Novitsky et Thomas Pesquet. Centre d'entraînement Gagarin, Cité des étoiles, le 26 octobre 2016. REUTERS/Maxim Shemetov

Thomas Pesquet espère que ces compagnons apprécieront son saxophone : « On a un saxophone qui est prêt pour ça, mais si jamais il arrive, il arrivera après moi, c'est sûr. Donc, ce ne sera pas au début de la mission mais peut-être au milieu de la mission. J'aurais une belle surprise, peut-être pour Noël, peut-être pour mon anniversaire », explique le Français.

Le spationaute aura en effet 39 ans le 27 février 2017. En attendant, Thomas Pesquet essaiera de raconter régulièrement au public ce qu'il vit et ce qu'il fait dans la Station spatiale internationale au quotidien :

« On a une connectivité limitée, mais qui nous permet quand même de partager ce vol, de leur montrer un peu comment ça se passe à travers des photos, des vidéos, peut-être un blog pour raconter la vie quotidienne. »

Ses objectifs en la matière : « Leur dire à quel point la recherche qu'on fait est intéressante et qu'on la fait pour eux ; leur dire à quel point ce qu'on est en train de faire, c'est de l'exploration spatiale et que ça ne s'arrête pas là, qu'on ira plus loin dans le futur. » Thomas Pesquet sera le dixième Français à partir dans l'espace.

→ À relire : Thomas Pesquet, « guest star » de la 25e Fête de la science

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.