Accéder au contenu principal
Ukraine

Ukraine: Saakachvili démissionne de son poste de gouverneur d'Odessa

Le 30 mai 2015, le président ukrainien Petro Porochenko (g) nommait Mikheïl Saakachvili (d), gouverneur de la province russophone d'Odessa.
Le 30 mai 2015, le président ukrainien Petro Porochenko (g) nommait Mikheïl Saakachvili (d), gouverneur de la province russophone d'Odessa. REUTERS/Ukrainian Presidential Press Service/Mykola Lazarenko/Ha
Texte par : RFI Suivre
6 mn

Le torchon brûle en Ukraine entre le président Petro Porochenko et son ami et allié Mikheil Saakachvili, qui démissionne de son poste de gouverneur de la région d'Odessa. Ancien président de Géorgie, il avait quitté son pays pour rejoindre l'Ukraine après la révolution pro-européenne de 2014. Nommé gouverneur, il y a 18 mois, engagé dans une lutte sans merci contre la corruption, il dénonce les entraves à ses initiatives et les promesses non tenues de son ancien allié. Il a accusé le président ukrainien de «soutenir des clans criminels» dans la région d'Odessa et de «piller» les Ukrainiens. Mais il a surtout présenté sa démission comme un début d’une nouvelle étape du combat contre la corruption.

Publicité

« La région d’Odessa n’est pas seulement aux mains d’individus corrompus, mais aussi des ennemis de l’Ukraine. Je ne peux plus le supporter. Je démissionne. »

Le champion de la lutte anticorruption démissionne, mais il ne renonce pas : « Nous terminerons ce combat », a déclaré Mikheil Saakachvili, ajoutant qu'il lutterait autant qu'il le faudrait pour débarrasser l'Ukraine de ce fléau.

Son bilan de gouverneur réformateur à Odessa depuis mai 2015 est mitigé et décrié par de nombreux adversaires politiques. Dans un discours posté sur son compte Facebook, il attaque sans détour son ancien ami le président Petro Porochenko. « On ne m'a jamais autant trompé », déclare l'ex-gouverneur qui dénonce les promesses non tenues, entre autres dans la gestion du complexe portuaire d'Odessa, et qui accuse le chef de l'Etat ukrainien de soutenir la criminalité organisée dans la région d'Odessa.

Mikheil Saakachvili raconte notamment comment le chef de la police régionale qu'il avait nommé pour sa probité, était « le premier à ne pas accepter de pots-de-vin depuis des années », mais les autorités lui ont retiré une grande partie de ses prérogatives et l'homme a été harcelé de toutes parts, jusqu'à démissionner lui aussi.

Les accusations de Mikheil Saakachvili sont dures à prouver et s’inscrivent dans de profondes rivalités politiciennes, analyse notre correspondant à Lviv, Sébastien Gobert. Mais elles trouvent un écho certain dans la population, déçue par le manque de réformes et l’inefficace lutte contre la corruption.

Fervent partisan de la révolution pro-occidentale de 2014, Mikheil Saakachvili avait rejoint l'Ukraine en promettant d'obtenir les mêmes résultats qu'en Georgie en matière de lutte contre la corruption. En vain, pour l'instant.

Critiqué pour son autoritarisme, et pour les mille morts de sa guerre éclair contre la Russie en août 2008 dans la région séparatiste d'Ossétie du Sud, Mikheil Saakachvili avait réussi, en dix ans de pouvoir, à relancer l'économie et à réduire la corruption de façon spectaculaire.

J’ai décidé de démissionner et de commencer une nouvelle étape de combat. Je ne vais pas baisser les bras, je ne vais pas céder à la fatigue. Ils ne se débarrasseront pas de moi comme ça ! Je suis comme ce soldat qui marche d’abord autant qu’il peut, et ensuite autant qu’il le faut. Autant qu’il le faut pour obtenir une victoire totale, c’est-à-dire pour libérer l’Ukraine de ce fléau, de cette menace de corruption qui permet de bâtir des fortunes sur le sang de nos soldats, sur les victimes de Maïdan ; corruption qui a trahi les idéaux de la révolution ukrainienne. La seule motivation de ses bénéficiaires est de se remplir les poches, de renforcer ses clans, et en fin de compte de piller l’Ukraine jusqu’à l’os. Cela ne passera jamais ! Je suis persuadé qu’il y a en Ukraine suffisamment de forces nouvelles, énergiques, jeunes et indépendantes. Nous allons nous unir tous pour que l’Ukraine gagne, à la satisfaction de tous ses citoyens. La lutte continue, et nous ne pouvons que la gagner. Merci d’être venus, et au plaisir de vous revoir à d’autres rencontres. Merci.

Saakachvili annonce sa démission à Odessa

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.