Royaume-Uni

Royaume-Uni: une adolescente atteinte d'un cancer autorisée à être cryogénisée

Le corps de l'adolescente décédée en octobre 2016 est conservé dans de l'azote liquide à -196°. Ici, des cuves cryogéniques dans un laboratoire.
Le corps de l'adolescente décédée en octobre 2016 est conservé dans de l'azote liquide à -196°. Ici, des cuves cryogéniques dans un laboratoire. Getty Images/Libre de droits/Huntstock

Une adolescente souffrant d'un cancer en phase terminale a remporté, peu avant sa mort en octobre, une victoire sans précédent devant la justice britannique : le droit d'être cryogénisée, dans l'espoir que la médecine du futur puisse la ramener à la vie et la soigner.

Publicité

Avec notre correspondante à Londres,  Muriel Delcroix

La jeune fille, qui avait requis l'anonymat, était atteinte d'une forme rare de cancer, et avait fait dans les derniers mois de sa vie des recherches sur internet pour être cryogénisée. Son souhait était soutenu par sa mère, mais pas par son père avec qui elle n'avait pas eu de contact depuis huit ans.

Dans une lettre adressée à un juge de la Haute Cour de Londres, l'adolescente avait expliqué : « Je n'ai que 14 ans, je veux vivre plus longtemps et je crois que le fait d'être cryo-conservée me donne une chance d'être soignée et de me réveiller, même si c'est dans plusieurs centaines d'années. »

Son père s'opposait à un projet qui selon lui n'avait que peu de chances de la ramener à la vie et qui, même en cas de réussite, la laisserait dans plusieurs centaines d'années sans aucun proche et peut-être sans aucun souvenir de sa vie passée.

Le corps préservé à -196°

Finalement, le juge a tranché peu avant la mort de l'adolescente en octobre. Mais cette décision n'a été rendue publique que vendredi 18 novembre, conformément aux souhaits de la défunte, qui avait également demandé le respect de son anonymat.

Le juge a justifié son choix en expliquant avoir été ému par le courage de la jeune fille et aussi pour trancher un conflit familial. Le corps de l'adolescente a donc été transporté quelques jours plus tard aux Etats-Unis, où il est désormais préservé dans de l'azote liquide à - 196°, pour une durée indéfinie.

Une procédure qui a coûté quelque 43 000 euros à sa famille et qui attire d'autres candidats. Trois chercheurs de l'université d'Oxford notamment, ont prévu d'avoir recours à la cryogénisation, pratiquée depuis les années 1960, dans l'espoir de ressusciter dans un monde nouveau.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail