Islande

2016, une année particulièrement mouvementée en Islande

Un supporter islandais avant le match remporté contre l'Angleterre, le 27 juin 2016.
Un supporter islandais avant le match remporté contre l'Angleterre, le 27 juin 2016. REUTERS/Kai PfaffenbachLivepic TPX IMAGES OF THE DAY

Entre manifestations festives et défilés de colère contre leur gouvernement, les Islandais ont largement occupé la rue en 2016. 

Publicité

« Kosningar strax, kosningar strax ! » – « Des élections tout de suite ! » – ont-ils crié, six jours durant, au pied du Parlement. Nous sommes en avril 2016 et la presse vient de rendre publics les intérêts du Premier ministre islandais dans un paradis fiscal britannique.

Rattrapé par le scandale Panama Papers, il démissionne, et les Islandais réclament un nouveau Parlement. L’élection a lieu le 29 octobre. Le résultat est pourtant loin de la révolution attendue, menée par les contestataires du Parti Pirate.

Victoire face aux Anglais

Mais ni droite, ni gauche, ni centre, ni Pirates n'obtiennent la majorité. En cette fin d’année 2016, le pays n’a toujours pas de gouvernement.

En juin, le président Olafur Ragnar Grimsson annonce son départ à la surprise générale. Contre toute attente, il prend sa retraite après vingt ans de gouvernance.

Dans le même temps, l'Islande s'accorde un moment de répit. Le pays brille dans son premier grand tournoi international. L'équipe de football nationale s'impose face à l'Angleterre en huitièmes de finale, faisant la fierté du peuple islandais qui gagne la rue mais cette fois, pour y exprimer sa joie.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail