Accéder au contenu principal
Revue de presse des Balkans

A la Une: Turquie, «la plus grande prison du monde» pour les journalistes

La Turquie est aujourd’hui la plus grande prison du monde pour les journalistes professionnels aux côtés de pays tels que la Chine, la Syrie, l’Egypte et l’Iran, loin devant le reste du monde, selon RSF.
La Turquie est aujourd’hui la plus grande prison du monde pour les journalistes professionnels aux côtés de pays tels que la Chine, la Syrie, l’Egypte et l’Iran, loin devant le reste du monde, selon RSF. Paul Bradbury/Getty Images
6 mn

Une revue de presse présentée en partenariat avec Le Courrier des Balkans.

Publicité

Dans son rapport de 2016, Reporters sans frontières recense plus d’une centaine de journalistes enfermés. Les accusations de complicité avec les organisations terroristes sont presque systématiquement mobilisées pour justifier les condamnations et longues périodes de détention provisoire. La peur et les mécanismes d’autocensure se sont durablement installés dans la société et compromettent toujours davantage la liberté d’expression et d’information.
Turquie : « la plus grande prison du monde » pour les journalistes
Réforme constitutionnelle en Turquie : Erdoğan resserre encore les boulons

Les relations entre Athènes et Ankara ne risquent pas de s’améliorer. La Cour suprême grecque a refusé l’extradition de huit militaires turcs, réfugiés en Grèce après le coup d’État manqué du 15 juillet, estimant que ces derniers risquaient « d’être torturés » dans leur pays.
La Grèce refuse l’extradition en Turquie de huit militaires « putschistes »

Les 2 000 étudiants turcs inscrits dans les universités de Macédoine et les milliers de jeunes macédoniens qui rêvent d’aller étudier en Turquie sont pris au piège : Ankara a décidé de ne plus reconnaître les diplômes délivrés sur les rives du Vardar. En cause, le faible empressement de Skopje à traquer les réseaux gülenistes, mais aussi le faible niveau des universités locales.
Éducation : la Turquie sanctionne la Macédoine

Train serbe, mur de Mitrovica, arrestation de Ramush Haradinaj: c’est dans un climat très tendu que les Premiers ministres du Kosovo et de Serbie reprennent le « dialogue » à Bruxelles ce 24 janvier, à l’appel de la Haute représentante européenne Federica Mogherini. Le processus risque d’achopper, une fois de plus, sur la question de la Communauté des communes serbes. Et au Kosovo, des associations de consommateurs appellent au boycott des produits serbes.
Entre Kosovo et Serbie, reprise tendue du « dialogue » à Bruxelles
Balkans : quand la Serbie joue les pompiers pyromanes
Boycott des produits serbes au Kosovo : « Buvez de la Rugova, pas de la Rosa »

La Croatie ne respecte pas les droits des demandeurs d’asile et les renvoie de force de l’autre côté de la frontière, en Serbie, dénonce Human Rights Watch dans un rapport publié le 20 janvier. Et la Serbie les expulse en Macédoine ou en Bulgarie.
Croatie, Serbie : le scandale des « déportations illégales » de demandeurs d’asile

Plus de trois mois après les élections législatives du 16 octobre et le présumé coup d’État déjoué, les députés de l’opposition boycottent toujours le Parlement du Monténégro, réclamant une enquête impartiale et de nouvelles élections. Mais pour combien de temps encore ? Les Occidentaux font pression pour que ces derniers mettent un peu d’eau dans leur vin...
Monténégro : comment sortir de l’impasse politique ?

Dimanche 22 janvier, plus de 25 000 personnes ont marché vers le siège du gouvernement à Bucarest pour dénoncer les projets d’ordonnance de grâce et de modification du Code pénal du gouvernement PSD-ALDE. C’est la plus grande manifestation depuis l’affaire Roșia Montană en 2013. Le président Iohannis a laissé tomber sa neutralité pour y participer et les dirigeants des partis au pouvoir – avec les médias affiliés – n’ont pas manqué d’imagination, de mauvaise foi, ni d’indécence pour qualifier les manifestants.
Roumanie : grande manif anticorruption, le Président Iohannis livre bataille contre le gouvernement

Largement présenté comme candidat favorable au Kremlin, Roumen Radev (PSB) s’est pressé d’équilibrer son image pro-russe en réservant sa première visite en tant que chef de l’État bulgare à Bruxelles et il a rappelé que l’UE et l’OTAN étaient des « choix stratégiques » du pays qui « ne devraient pas être remis en question ».
Bulgarie : pro-Poutine et pro-Trump, le nouveau président met un peu d’Europe dans son vin

Se protéger avec son écharpe : voilà ce que recommandent les autorités sanitaires bosniennes lors des pics de pollution atmosphérique. L’incurie, à tous les échelons de gouvernement, au sujet de la pollution fait quasiment figure de lieu commun, mais cet hiver, les niveaux atteints sont tels que les militants écologistes et les citoyens ont dû se charger du travail d’information et de prévention.
Bosnie-Herzégovine : contre les pics de pollution, un cache-nez pour se protéger

Nouveau dérapage profasciste en Croatie. Dans un lycée technique du sud du pays, le directeur d’une école de Šibenik fait retirer une exposition sur les horreurs de la Seconde Guerre mondiale, car « elle ne mentionne pas les crimes des Partisans ».
Croatie : une expo Anne Frank interdite de lycée à Šibenik

La crise économique a aussi de lourdes conséquences démographiques : les femmes font moins d’enfants, les décès augmentent du fait de la faillite du système de santé publique, et les jeunes s’exilent massivement. La population grecque diminue de manière drastique.
Grèce : le pays se vide de sa population

Comment se faire enterrer selon la tradition quand on est musulman en Slovénie ? Une question qui continue de diviser la population musulmane, majoritairement constituée d’immigrés venus de l’ancienne Yougoslavie. Faute de pouvoir respecter leur religion, de très nombreux musulmans choisissent d’enterrer leurs morts dans un autre pays.
En Slovénie, les musulmans priés d’aller se faire enterrer ailleurs

Des bateaux et des oliviers : durant des siècles, c’est de cela qu’a vécu la ville pirate d’Ulcinj, tout au sud de la côte monténégrine. Aujourd’hui, la cité est largement à l’abandon, malgré le développement d’un tourisme ravageur et bon marché. Les vieilles familles cultivent toujours leurs oliveraies, mais bien peu arrivent à en commercialiser l’huile. Les Buzuku sont les pionniers de la relance d’une filière de qualité.
Monténégro : Ulcinj, la ville des pirates et des oliviers

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.