Pays-Bas

Pays-Bas: les bulletins de vote seront comptés à la main par crainte du piratage

Les élections législatives du 15 mars prochain aux Pays-Bas se dérouleront avec une méthode à l'ancienne pour le comptage des voix.
Les élections législatives du 15 mars prochain aux Pays-Bas se dérouleront avec une méthode à l'ancienne pour le comptage des voix. Crédits : ullstein bild / Contributeur/Getty

Le 15 mars prochain auront lieu aux Pays-Bas des élections législatives qui vont être caractérisées par le retour aux méthodes anciennes de vote. Après des révélations sur la mauvaise protection des systèmes électroniques de comptage des bulletins, le ministère de l'Intérieur a estimé que des tiers mal intentionnés pourraient vouloir « influencer les résultats du vote ». En référence aux accusations de piratage à l’encontre de la Russie pour la présidentielle américaine. Et pour les Néerlandais, c'est un retour intégral au XXe siècle.

Publicité

De notre bureau à Bruxelles,

Il s’appelle OSV et il est la cible de toutes les critiques. Ce « logiciel de soutien électoral » ou « ondersteunend software verkiezingen » est une sorte de tableur utilisé pour compter les bulletins.

Son problème, c’est qu’il est terriblement vieillot, qu’il est mal protégé contre le piratage et surtout qu’il peut être installé sur n’importe quel ordinateur même ceux qui tournent avec des systèmes d’exploitation archaïques - entendez de plus de 15 ans - comme XP par exemple. Les bulletins seront donc à nouveau comptés à la main, une décision qui rappelle à tous ici le feuilleton du vote électronique.

Alors que les Pays-Bas avaient été parmi les premiers à installer des ordinateurs de vote qui équipaient 90% des bureaux, les Bataves ont décidé en 2008 que le système était trop facile à pirater et y ont renoncé définitivement. Un groupe d’activistes avait même vu le jour avec le slogan « nous ne faisons pas confiance aux ordinateurs de vote ».

Les Néerlandais, qui se trouvent généralement en pointe des innovations de toutes sortes, sont donc désormais entièrement revenus au crayon rouge et au papier.

A (re) lire : Soupçons de piratage russe: Trump s'en prend aux services secrets

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail