Ukraine

Ukraine: les tranchées de l'Est font tonner l'artillerie

Des tanks à Bakhmut, le 7 février 2017.
Des tanks à Bakhmut, le 7 février 2017. REUTERS/Gleb Garanich

La situation est toujours tendue à l'est de l'Ukraine, où les affrontements continuent sur plusieurs points le long de la ligne de front. L'assassinat non revendiqué d'un chef de guerre de la république de Donetsk attise encore les tensions. Difficile pourtant d'imaginer une issue rapide à ce conflit.

Publicité

Avec notre envoyé spécial à Kramatorsk,  Sébastien Gobert

L'écho des canons est quotidien dans le Donbass. Les armes lourdes ont refait leur apparition sur des zones supposées démilitarisées. Les observateurs de l'OSCE craignent ouvertement une escalade des affrontements, après les sanglants combats des semaines dernières.

Une intensification des bombardements ne veut néanmoins pas dire que la ligne de front bouge, d'un côté ou de l'autre. Les craintes d'une invasion massive des forces russes et pro-russes étaient très vivaces en 2014. Elles sont désormais apaisées, comme l'exprime le vice-gouverneur de la région de Donetsk, Yevhen Vilinsky : « L'armée ukrainienne est radicalement différente de ce qu'elle était en 2014. Cela n'a rien à voir. Elle est bien mieux entraînée et équipée. Nous ne connaîtrons plus les défaites d'il y a deux ans. »

Les belligérants mènent parfois des incursions sur quelques centaines de mètres. Les lignes de défense sont néanmoins solides des deux côtés, et la plupart des offensives échouent. Pour beaucoup d'observateurs, ce conflit ressemble de plus en plus aux tranchées de la Première Guerre mondiale. Aucun camp ne peut ni perdre ni gagner la guerre par des moyens militaires. Les négociations de paix, elles, sont gelées. Les duels d'artillerie alourdissent, chaque semaine, le bilan des morts et des blessés. Sans changer quoi que ce soit sur le cours de ce conflit.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail