Accéder au contenu principal
Suisse

Suisse: référendum sur la naturalisation des petits-enfants d'immigrés

Les Suisses sont régulièrement appelés à voter lors de référendums nationaux.
Les Suisses sont régulièrement appelés à voter lors de référendums nationaux. FABRICE COFFRINI / AFP
Texte par : RFI Suivre
3 mn

Les Suisses se sont rendus aux urnes ce dimanche 12 février pour se prononcer sur la proposition du gouvernement de simplifier la procédure de naturalisation des petits-enfants d'immigrés, après une campagne marquée par les propos anti-musulmans de la droite populiste. Les Suisses ont cependant voté favorablement. L'arrêté fédéral sera bien mis en oeuvre.

Publicité

Près de 59% des Suisses auraient dit « oui » à la proposition du gouvernement, d'après l'institut de sondage gfs.bern. L'adoption de cet arrêté fédéral va sans doute simplifier la naturalisation des petits enfants d’immigrés. Le projet du gouvernement vise à accélérer la procédure d'attribution de la nationalité suisse aux petits-enfants d'immigrés, mais elle exclut toute acquisition automatique de la nationalité. Au cours des dix prochaines années, quelque 2 300 jeunes de la « troisième génération » pourront donc bénéficier chaque année de la « naturalisation facilitée », une procédure plus rapide et moins coûteuse, selon le gouvernement. Dans l'immédiat, quelque 25 000 petits-enfants d'immigrés, en majorité originaires d'Italie, mais aussi de Turquie et des Balkans, remplissent les critières.

Une majorité du Parlement soutenait le projet. Mais l'UDC (Union démocratique du centre, parti disposant du plus grand nombre de députés à la Chambre basse) a mis en garde les Suisses contre « la surpopulation étrangère et l'augmentation massive notamment du nombre de musulmans ».

« Leur patrie est la Suisse »

Pour le gouvernement, « ces jeunes étrangers ont passé toute leur vie en Suisse et doivent donc pouvoir acquérir plus facilement la nationalité » : « leur patrie est la Suisse ». Le candidat doit maîtriser une des quatre langues nationales (allemand, italien, français et romanche) et respecter les lois et les valeurs fondamentales de la Constitution. Le candidat doit être né en Suisse et y avoir fréquenté l'école pendant au moins cinq ans, être âgé de 25 ans au maximum. L'un de ses deux parents doit en outre avoir vécu 10 ans en Suisse et y avoir fréquenté l'école pendant au moins cinq ans. Enfin, un de ses grands-parents doit avoir eu un permis de séjour en Suisse ou y être né.

(avec AFP)

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.